Jean-Camille Formigé, architecte

par Olivier Pannier

Thèse de doctorat en Histoire de l'architecture

Sous la direction de François Loyer.

Soutenue en 2004

à Versailles-St Quentin en Yvelines .


  • Résumé

    Formé à l'école des Arts décoratifs, puis à l'école des Beaux-Arts, Jean Camille Formigé (1845-1926) devient architecte en 1871. Il connait ses premiers succès comme collaborateur de Ballu et Deperthes, les architectes de l'Hôtel de ville de Paris, dont il poursuivra l'oeuvre. Très vite reconnu par ses pairs, il devient archéologue, puis urbaniste. Entouré des plus grands artistes de son époque: Garnier, Eiffel, Rodin, Laurens, Formigé réintroduit de manière magistrale la couleur, technique, l'ornement, dans une architecture toujours adaptée aux nouveaux programmes. On le consulte dans toutes les grandes occasions: les grands concours d'édifices publics, ou les aménagements urbains de la ville de Paris: le métro aérien, les parcs et jardins, le cimetière du Père Lachaise, ou les serres municipales. Devenu très jeune un homme public grâce aux palais réalisés pour l'exposition universelle de 1889, son finira par sombrer dans l'oubli. Pourquoi? Pour répondre à cette question, il est nécessaire d'analyser le contexte dans lequel Formigé exerce, avant de commenter son travail. Cet artiste très prolixe, d'inspiration classique, précurseur de l'Art Nouveau, ne cherche pas à se démarquer de son temps. Au contraire, son oeuvre constitue un étonnante synthèse des courants en vigueur, et fait de lui un des plus brillants représentants de son époque. Un catalogue raisonné, à partir d'une sélection d'oeuvres inédites tirées du dépouillement de son fonds d'agence illustre cette thèse. Formigé, avant d'être architecte, archéologue ou urbaniste, était avant tout un dessinateur hors pair.

  • Titre traduit

    Jean-Camille Formigé, architect


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol.(244, 135 f.)
  • Annexes : Bibliogr.f. 240-244. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque universitaire pluridisciplinaire de Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 720.944 PAN
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.