Distinction retard simple de langage/disphasie : étude morphosyntaxique de cinq cas

par Laëtitia Ménager

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Célia Jakubowicz et de Laurice Tuller.

Soutenue en 2004

à École d'orthophonie de Tours .


  • Résumé

    En milieu clinique francophone, les T(roubles)S(pécifiques) du D(éveloppement) du Langage oral renvoient à la disphasie et au retard simple. Ces troubles souffrent d'un manque de marquerurs linguistiques pathognomoniques. Pourtant, la distinction retard simple/disphasie fait très peu l'objet des recherches psycholinguistiques portant sur les TSDL. L'étude de la nature du lien entre données cliniques distinctes et données morphosyntaxiques (pronom clitiques/déterminants et temps verbaux) fut notre objectif prinicipal. Nous avons sélectionné cinq cas TSDL aux profils diagnostiques distincts (disphasie/retard simple/cas frontière). Nos résultats montrent une homogénéité linguistique qualitative en dépit de l'hétérogénéité diagnostique. Ils vont dans le sens de l'Hypothèse de Complexité de Calcul Syntaxique (Jakubowicz, 2003). Les différences observées sont d'ordre quantitatif et permettent de remettre en cause la distinction qualitative tranchée entre dysphasie et retard simple.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    In the french clinical setting, S(pecific) L(anguage) I(mpairment) consists of two nosologic entities : dysphasie and retard simple. Linguistic pathognomonic markers are lacking for these troubles. However, the distinction dysphasie/retard simple does not really constitute the subject of psycholinguistic research in the field of SLI. Therefore, this study is centered on the relation between specific clinical diagnosis and morphosyntactic manifestations. So, we performed detailed evaluation of the morphosyntax (clitic pronouns/determiners and verbal tenses) of five SLI cases differently diagnosed (dysphasia/delayed language/border-line). Results show a qualitative linguistic homogeneity in spite of the diagnostic heterogeneity. In addition, they are compatible with the computional Complexity Hypothesis (Jakubowicz, 2003). Moreover, the differences we noted are quantitative ones : they allow us to question the qualitative distinction dysphasie/retard simple.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (504-53 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.f. 450-500.Annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 11282
  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TL 11283
  • Bibliothèque : Bibliothèque de l'Ecole d'orthophonie (Tours).
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.