Modulation de la surcharge en fer dans un modèle murin d'hémochromatose : mise en évidence de facteurs génétiques et études d'expression génique

par Séverine Fruchon

Thèse de doctorat en Physiopathologie cellulaire, moléculaire, et intégrée

Sous la direction de Marie-Paule Roth et de Hélène Coppin.

Soutenue en 2004

à Toulouse 3 .

  • Titre traduit

    Iron loading modulation in a murine model of hereditary hemochromatosis : involvement of genetic factors and gene expression studies


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L'hémochromatose génétique de type 1 est caractérisée par une surcharge en fer dans les organes parenchymateux. Elle est provoquée par une mutation ponctuelle (C282Y) du gène HFE, très fréquente dans les populations originaires du nord ouest de l'Europe. Des études épidémiologiques récentes mettent en évidence une pénétrance incomplète et une variabilité de l'expressivité de la maladie. Ceci peut s'expliquer par l'action de facteurs non génétiques (âge, alimentation, dons de sang réguliers. . . ) et génétiques. Pour étudier l'action de ces derniers dans l'intensité de la surcharge hépatique, nous avons utilisé un modèle murin d'hémochromatose : les souris Hfe-/-. L'étude comparative de 4 souches de souris consanguines (C57BL/6, CBA, DBA/2 et 129/Sv) a montré des différences de régulation du métabolisme du fer selon les souches. L'analyse de souris Hfe-/- sous deux fonds génétiques distincts (C57BL/6 et DBA/2) a révélé que l'intensité de la surcharge en fer varie en fonction de la souche et fait intervenir d'autres gènes qui modulent l'action de HFE. Nous avons démontré que les souris Hfe-/- des deux fonds génétiques varient, non seulement par l'intensité de la surcharge mais aussi par les régulations transcriptionnelles mises en jeu dans le duodénum. Par une approche de criblage du génome, nous avons identifié quatre régions chromosomiques avec un lod score significatif d'une liaison génétique. Enfin, le niveau hépatique d'expression des ARNm de diverses molécules dont l'hepcidine a été dosé chez des souris Hfe-/- de deux souches (C57BL/6 et DBA/2). Bien que nous n'ayons pas mis en évidence de différence significative de l'expression de l'ARNm de l'hepcidine 1 entre les souris Hfe+/+ et Hfe-/-, nos résultats révèlent que l'expression des ARNm de l'hepcidine 1 et 2 varie selon la souche de souris.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ( 168 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 140-165

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2004TOU30274
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.