La Question des nationalités dans l'empire austro-hongrois et son analyse dans la "Neue Freie Presse" de 1867 à 1918

par Serge Verdure

Thèse de doctorat en Études germaniques

Sous la direction de Geneviève Humbert.

Soutenue en 2004

à l'Université Marc Bloch (Strasbourg) .

  • Titre traduit

    ˜The œquestion of the nationalities in the Austrian-Hungarian Empire and its analysis in the "Neue Freie Presse" between 1867 and 1918


  • Résumé

    Les défaites successives de l'Autriche-Hongrie à Solferino en 1859 et à Königgrätz en 1866 sont à l'origine de l'exacerbation des nationalités de la monarchie vis à vis de la classe dominante allemande. Le principe d'une politique dualiste accordée aux Hongrois en 1867, en réponse à leurs revendications autonomistes, entraîne un recul du rayonnement allemand en Europe centrale ainsi qu'une nouvelle prise de conscience des Allemands qui organisent leur résistance face à l'émancipation nouvelle slave. Les journées révolutionnaires de 1848 ont favorisé le libéralisme et permis à la presse de se développer. L'un de ces journaux, Die Presse, fondée par August Zang puis reprise sous le titre Die Neue Freie Presse par Max Friedländer et Michael Etienne, devient le porte-parole du parti libéral allemand soutenant la Constitution. La succession à la direction du journal est assurée par Eduard Bacher qui, dès 1881, travaille en collaboration avec Moritz Benedikt. Benedikt est un Autrichien de langue allemande né en Moravie et de confession mosaïque. Sa formation élitiste dans un lycée de Vienne, au contact de futurs dirigeants politiques, lui permet de s'affirmer non seulement dans le domaine journalistique mais aussi de se créer un nom dans le domaine des finances et de se profiler au sein des milieux politiques exercant une influence dans l'empire. Dès 1881, Benedikt contribue à faire de la NFP un organe de presse de référence et à portée internationale. Ses contacts politiques lui permettent d'anticiper les événements, s'attirant nombre de détracteurs. Benedikt parvient à faire de l'organe de presse un porte-parole des Allemands de la monarchie, cherchant à rapprocher la Double Monarchie de l'empire de Guillaume II. Son admiration pour Bismarck et la défense de sa politique européenne, plus tard son choix d'un Anschluß avec l'Allemagne marquent son évolution politique, fondée d'abord sur le centralisme étatique puis sur l'idée d'un espace européen à domination allemande, opposé aux avancées panslavistes.


  • Résumé

    The successive defeats of Austria-Hungary in Solferino (1859) and in Königgrätz (1866) exacerbate the nationalities of the monarchy towards the german dominant class. The princip of a dualism that the hungarian people becomes in 1867, as reaction to its autonomy demand, brings a recession of the german culture in Middle-Europa. Consequently German become aware of their new position and organize their resistance towards slavic emancipation. The revolutionary days of 1848 have contributed to bring the liberal movement in the center of the politic and permitted the press to develop. One of these press-organs, Die Presse, created by August Zang then directed, under the name Neue Freie Presse, by Max Friedländer and Michael Etienne, becomes the organ of the german liberal fraction, party of the Constitution. Eduard Bacher succeeds at the direction of the Neue Freie Presse, with the collaboration of Moritz Benedikt since 1881. Benedikt is Austrian of german language, he is born in Moravia and his confession ist jewish. His elitist formation in a high school of Vienna, in contact to people with political future, allows him to take an important place in the journalistic world but also to become a respected person in the financial classes and to profile in the political classes which have some influence in the monarchy. Since 1881, Benedikt contribute to develop NFP as an important international press-organ. His political relations permit him to anticipate political events but bring also a lot of enemys. Benedikt makes NFP to a spokes-person of the german people in the monarchy, also looking for a reconciliation with the german empire of Wilhelm II. Benedikt's admiration for Bismarck and not only his engagement for the european politic of the german chancellor, but later also for the Anschluß with Germany are the symbol of his political evolution, first founded on the idea of a centralized state then on the conception of an european living space under german direction against the slavic progression.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 373 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 346-355. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TM.500.732,2004
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.