La photographie de reproduction d'oeuvres d'art au XIXe siècle en France, 1839-1919

par Laure Boyer

Thèse de doctorat en Histoire de l'art contemporain

Sous la direction de Roland Recht.


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Photographic reproductions of works of art in the 19th century France, 1839-1919


  • Résumé

    Durant la seconde moitié du XIXe siècle, l'économie de la photographie de reproduction d'œuvres d'art a été un phénomène majeur de l'histoire culturelle occidentale. Elle reposait sur l'idée positiviste du progrès et la démocratisation des arts. Apparaissant dès l'origine du nouveau médium, la reproduction photographique introduit une nouvelle syntaxe fondée sur l'exactitude, bouleversant les normes de représentation établies jusqu'alors. Soutenue par l'idéologie saint-simonienne, la reproduction est considérée comme un genre essentiel pour l'avenir industriel de la photographie et comme un art à part entière. Les " imprimeries photographiques " Blanquart-Evrard, Bisson frères, Lemercier, Poitevin, les maisons d'édition Goupil & Cie et Braun & Cie ainsi que des photographes spécialisés Nègre, Baldus, Marville, Berthier, Bingham, Richebourg et Michelez fondent les débuts de l'édition d'art. Nous examinons ensuite comment la photographie entre dans l'atelier de l'artiste : quel a été son impact sur l'enseignement académique du dessin, quels usages les artistes Ingres, Courbet et Moreau en ont fait et quel rôle a-t-elle eu dans la mise en place d'une configuration moderne du marché de l'art. Par ailleurs, au sein des musées elle apparaît comme un auxiliaire incontournable pour l'étude scientifique des objets et comme une archive du visuel utile à la propagande de l'Empereur. De même, les collectionneurs d'art, Bruyas, le duc d'Aumale, les frères Goncourt, utilisent aussi sa valeur de substitution et de sacralisation. Nous analysons enfin le rapport entre histoire de l'art et photographie lors de la construction de cette discipline en science. Apparatus de l'historien, la critique du paradigme photographique devient un support de conceptualisation. A ce titre, nous proposons un état des lieux des photothèques des Instituts d'Histoire de l'art de Strasbourg et du fonds J. Doucet à Paris.


  • Résumé

    During the second half of the 19th-Century, the economy of the photographic reproduction of works of art was one of the more important phenomenon of Western cultural history. It was based on the positivist idea of artistic progress and democratization. Appearing from the very origin of the new medium, photographic reproduction of works of art introduced a new syntax founded on accuracy, disrupting the norms of representation that had been previously established. Elevated by Saint-Simonian ideology, reproduction was considered an essential genre and a full art. Photographic printers Blanquart-Evrard, the Bisson brothers, Lemercier, Poitevin, the editorial houses of Goupil & Cie and Braun & Cie, as well as the specialized photographers Nègre, Baldus, Marville, Berthier, Bingham, Richebourg and Michelez founded art edition in France. Then we examine how photography entered into the artist's studio: what impact it had on the academic teaching of drawing, how artists like Ingres, Courbet and Moreau used it, and what place it had in the organization of the modern configuration of the art market. Furthermore, in museums, it appears as an incontestable auxiliary for the scientific study of art objects and as a visual archive useful for imperial propaganda. In the same way, art collectors such as Bruyas, the duc d'Aumale and the Goncourt brothers, used its value of substitution and consecration. We finally analyse the relationships between history of art and photography during the construction of this academic discipline. Apparatus of the historian, the criticism of the photographic paradigm became a visual support of conceptualisation. As such, we have examined the status of the phototheques at the Institute of the History of Art in Strasbourg and J. Doucet in Paris.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol., 470 p., 224 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. tome 1, p.435-463. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TM.500.732,2004,1
  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque des arts.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : Th.N.R.BOY 1-2
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.