Le Deuil de personne : la possibilité de l'art et le tragique moderne

par Tomás Maia

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jean-Luc Nancy.


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Impersonal mourning : the possibility of art and the modern tragic


  • Résumé

    La thèse affronte la plus ancienne question que l'on peut poser à propos de l'art, celle de son origine ou de sa possibilité. Nous partons d'une hypothèse générale sur l'Occident artistique : par l'art, les humains cherchent à renaître, mais une telle répétition de la naissance ne devient possible qu'à travers son strict revers - la répétition ou, plus exactement, l'anticipation de la mort. L'art serait à ce titre l'expérience de ce que certains sociologues et historiens des religions appellent la " mort-naissance " ou la " mort initiatique ". Dès lors, le souci le plus profond de la thèse revient à distinguer - autant que faire se peut - l'expérience artistique de l'expérience religieuse, si l'on admet que l'advenue des temps modernes coïncide avec l'effondrement de la " religion positive " (des dogmes et du pouvoir ecclésiastique). Cette hypothèse générale est pourtant abordée sous un angle déterminé - celui du tragique. Outre le besoin de définir la teneur concrète de la thèse, cette restriction s'est imposée pour essentiellement deux raisons : c'est dans le tragique que l'on perçoit de façon explicite la conjonction de la mort et de la naissance du sujet de l'art (du héros, en l'occurrence), et c'est autour du tragique que l'on peut discerner ce que nous appellerons la croisée moderne des pensées sur l'art (face à la religion), - nommément celles de Hegel (l'art est une religion du passé), de Schelling (l'art est la religion de l'avenir) et enfin de Hölderlin (l'art se dessaisit sinon de la religion du moins du religieux en tant qu'exigence sacrificielle). Alors, il se fait jour que la possibilité de l'art - se séparant du sacrifice, ainsi que nous le donne à penser Hölderlin - provient de l'expérience du deuil impersonnel. Soit, du deuil représenté qui ne concerne personne en particulier mais qui s'adresse à tout le monde : à l'humanité mortelle.


  • Résumé

    The thesis addresses the primordial question raised by art : that of its origin or of its very possibility. Our starting point is a general hypothesis on art in the Western world : human beings strive for a rebirth through art, yet it is only through the precise opposite that this renaissance becomes possible -that is, through the repetition, or more specifically, the anticipation of death. Thus, art is the experience which some sociologists and historians of religion would call "deathbirth" or death as initiation. The aim of this thesis is, above all, to distinguish as far as possible between the artistic and the religious experience given that the heralding of modern times has coincided with the collapse of "positive religion" i. E. Of dogmas and ecclesiastic power. . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 362 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 337-362

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TM.500.732,2004
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.