Conversations de salon et roman d'apprentissage : Charles Sorel, Histoire comique de Francion ; Claude Crebillon, Les Egarements du coeur et de l'esprit ; Honoré de Balzac, Illusions perdues ; Splendeurs et misères des courtisanes ; Marcel Proust, Le côté des Guernantes ; Sodome et Gomorrhe

par Solange Montagnon

Thèse de doctorat en Lettres modernes

Sous la direction de Jean-Bernard Vray.

Soutenue en 2004

à Saint-Etienne .


  • Résumé

    La scène de conversation est récurrente dans notre littérature. Pourtant, elle a été peu analysée en tant que telle, alors que le dialogue romanesque est l’objet de travaux divers et que la conversation comme pratique sociale intéresse diverses disciplines. Il est vrai qu’un paradoxe marque les « conversations de salon » : les romanciers ont été fascinés par l’art de la parole tel qu’il est pratiqué dans son temple, et en même temps l’accusation de vanité pèse sur la scène mondaine, investie par des masques frivoles ou vulgaires. Nous essayons dans notre étude de voir comment ce discours social particulier est représenté à travers quelques grandes œuvres dont le héros fait ses débuts dans la vie. Un jeune homme prend donc la parole au sein du groupe qui édicte ou conserve des règles de vie en commun, mais s’il est là comme à une audition qui consacre de manière plus ou moins symbolique son intégration au groupe, il va aussi par sa mobilité d’apprenti permettre d’évaluer la pertinence de ce langage et des valeurs qu’il soutient. Nous considérons donc le salon comme un élément de l’architecture narrative propre à chaque auteur et la scène de conversation comme une étape dans la formation du héros.

  • Titre traduit

    ˜The œconversation scene and the young man as an apprentice : Charles Sorel, Histoire comique de Francion ; Claude Crebillon, Les Egarements du coeur et de l'esprit ; Honoré de Balzac, Illusions perdues ; Splendeurs et misères des courtisanes ; Marcel Proust, Le côté des Guernantes ; Sodome et Gomorrhe


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Conversation scenes are recurrent in our litterature. Yet, they have rarely been analysed as such, even if the dialogue in novels is the subject of different works and the conversation as a social practice is of interest to different disciplines. It is true that a paradox marks the “salon conversation” : novelists have been fascinated by the art of speech as it is practiced in its temple, and at the same time the accusation of vanity weights on the wordly scene, dressed upin frivolous or vulgar masks. In our study we try to examine how this particular social discourse has been represented in some major works in which the hero takes his steps in life. A young man takes the floor within a group which lays down or conserves the rules of common life, but if he is there as if he were at an audition which confirms in a more or less symbolic way his integration into the group, he will also, through his mobility as an apprentice, allow the reader to evaluate the pertinence of his language and the values it upholds. We therefore consider the salon as an element of narrative architecture of each author and the conversation scene as a step forward in the development of the hero.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol.
  • Annexes : Bibliogr. f. 368-380

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Monnet. Service commun de la documentation. Section Droit, Lettres, Sciences économiques et humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.