Du développement durable à l'agriculture durable : l'exemple de l'élevage porcin breton

par Désiré Ngalieu Kamgoue

Thèse de doctorat en Économie

Sous la direction de Jean-Paul Maréchal.

Soutenue en 2004

à Rennes 2 .

  • Titre traduit

    From sustainable development to sustainable agriculture : the example of Brittany's breeding pig


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les menaces écologiques engendrées par les activités humaines sur l'environnement mondial et l'aggravation des inégalités entre pauvres et riches, ont favorisé l'émergence du concept de développement durable. Ce concept repose sur l'idée que le modèle de développement industriel actuel ne peut se poursuivre indéfiniment sans mettre en péril les écosystèmes dont dépend la subsistance des générations présentes et futures. Il associe justice sociale, efficacité économique et prudence écologique. En France comme dans d'autres pays de l'Union européenne, le développement de l'agriculture industrielle productiviste, soutenu par la Politique agricole commune a d'une part, permis d'acquérir l'autonomie alimentaire et d'améliorer les conditions de vie des populations, mais d'autre part, se heurte depuis les années 1980 aux problèmes de pollution de l'environnement, de viabilité économique des exploitations, de sécurité et de qualité alimentaires, de chute continue du nombre d'exploitants. Ces problèmes ont mis en évidence les limites de la politique agricole commune et provoqué des inquiétudes chez les consommateurs quant à la préservation de leur santé et chez des agriculteurs quant à la pérennité de leur exploitation. En Bretagne, le développement des élevages intensifs, de porcs et volailles en particulier, entraîne une concentration de déjections qui polluent les eaux, les sols, l'air et dont les coûts de dépollution sont supportés par la société et non par les éleveurs. Ces externalités négatives, associées aux crises alimentaires, sociales et économiques, ont suscité de nombreuses controverses dans le milieu rural breton. La confrontation idéologique entre ceux qui sont pour ce modèle d'élevage dominant et ceux qui sont contre, associée à la concurrence internationale et au poids de la filière porcine dans l'économie régionale, ont amené des politiques, des scientifiques, des économistes, des écologistes, des agriculteurs et autres acteurs économiques de la région, à rechercher des voies de durabilité permettant au modèle agricole breton de s'adapter aux exigences environnementales et sociétales actuelles. Des modèles alternatifs tels que l'agriculture raisonnée, l'agriculture biologique, l'agriculture de précision, l'agriculture paysanne, sont mis en pratique. Des dispositifs techniques et économiques ainsi que des réglementations et normes environnementales ont été mis en place pour inciter les éleveurs à réduire leurs émissions de polluants et surtout pour internaliser les coûts des externalités négatives. Au-delà de ces dispositifs, nous proposons un système de quota sur le volume de production comme voie de durabilité à l'élevage porcin breton.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 434 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 397-410

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TR RENNES 2004/19
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.