Etude de fonctions actives et/ou passives à base de microrésonateurs à modes de galerie

par Carole Arnaud

Thèse de doctorat en Physique

Sous la direction de Patrice Féron.

Soutenue en 2004

à Rennes 1 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Ces travaux de thèse portent sur l'étude de résonateurs cycliques (à symétrie de révolution) dans lesquels existent des modes confinés de très haute surtension appelés "modes de galerie". Dans ces modes, la lumière est guidée dans le diélectrique constituant le résonateur le long d'un cercle équatorial par une succession de réflexions totales à l'interface dielectrique/air et les résonances correspondent à une condition de retour en phase. Les résonances sont très fines ce qui permet d'envisager des applications aussi bien passives (filtrage, insertion-extraction) qu'actives (laser faible seuil, fonctions non-line��aires). Ce manuscrit de thèse est constitué de deux parties distinctes : la première partie, qui concerne les fonctions passives à base de micro-résonateurs planaires décrit différents outils (numeriques et analytiques) qui permettent de modéliser le comportement de ces structures et en démontrer la complémentarité. Ces travaux avaient pour but de concevoir une fonction d'insertion-extraction à destination du réseau d'acces WDM et puis de la réaliser en utilisant des matériaux polymères. La deuxième partie concerne les lasers micro-sphériques (dope Erbium) et plus précisement le problème de l'interaction entre une micro-sphère et un miroir métallique. Pour différents types de verres, il a été observé un décalage vers les plus courtes longueurs d'onde pour l'ensemble du spectre de fluorescence ("blue-shift" allant jusqu'à 0,35 nm) à partir de distances sphère-miroir inferieures à 2,5 fois le diamètre de nos sphères. Outre cet effet sur la position des résonances, il a été observé une influence du miroir sur l'amplitude des modes lasers attestant de l'existence d'une partie radiative non négligeable à l'extérieur de nos micro-sphères. La contre-réaction optique se manifeste par l'exaltation ou bien l'extinction de certains modes, phénomène pouvant s'expliquer entre autre par une différence de polarisation.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 125 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. : 70 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Ecole nationale supérieure de sciences appliquées et de technologie. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : P 5. ARN.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.