Mesure de paramètres de qualité de service dans les réseaux IP

par Joël Eduardo Corral Gonzalez

Thèse de doctorat en Informatique

Sous la direction de Gerardo Rubino.

Soutenue en 2004

à Rennes 1 .


  • Résumé

    Des techniques d'évaluation de performances des réseaux IP sont nécessaires pour les administrateurs, pour ce qui concerne la planification et le dimensionnement, la sécurité et l'évaluation des performances des équipements de communication. La vérification de la QoS offerte par des implémentations DiffServ, ou la caractérisation de la performance de nouveaux médias de transmission comptent parmi les principales motivations pour effectuer des mesures dans les réseaux IP. On distingue deux grandes classes de techniques pour mesurer les performances : les mesures passives et les mesures actives. Pour les premières, il s'agit d'utiliser le trafic réel traversant certains points du réseau, en écoutant des paquets émis par des sources extérieures au processus de mesure. Cette approche est considérée non-intrusive. Les secondes consistent à mesurer, à partir de la génération d'un trafic de test, le temps de traversée du réseau en suivant le même chemin que les flux applicatifs. La QoS observée par ce trafic de test donne une bonne approximation de la QoS obtenue par les applications. Alors que la mesure passive exige des capacités de traitement considérables, la mesure active peut être facilement mise en œuvre dans presque n'importe quel nœud IP. Ce document présente la définition, la mise en œuvre et l'expérimentation de la plateforme de mesure active de bout en bout Saturne. Cette plateforme mesure de manière fine les temps de trajet unidirectionnel des paquets (OWD) et le taux de perte entre deux points du réseau IPv4/IPv6. Les mesures sont faites à partir d'un temps global obtenu grâce à des équipements GPS placés dans chacun des points de mesure. L'architecture est composée de modules fonctionnels indépendants (émission, capture et gestion des données) qui interagissent pour effectuer les mesures. L'architecture Saturne a été employée dans plusieurs scénarios comprenant, mais pas limités à, l'évaluation des fonctionnalités de filtrage IP dans un routeur et la validation des politiques de DiffServ dans un réseau à haut débit. Dans ce dernier cas, on a constaté que les résultats calculés par Saturne sont équivalents à ceux obtenus avec des outils passifs plus complexes. Finalement, nous proposons d'exploiter les capacités d'IPv6 en définissant une extension d'en-tête pour la métrologie. La méthode proposée permet d'inclure l'information de métrologie dans les paquets des flux applicatifs IPv6. Les avantages de cette proposition ont été vérifiés par une série d'expérimentations. GPRS et Bluetooth ont été choisis pour ces tests, en tant que deux médias où IPv6 et la métrologie seront certainement exigés dans un avenir proche. Cette architecture, Saturne-v6, ouvre un nouveau champ de recherche placé au milieu des philosophies de mesure actives et passives.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 175 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. :122 réf.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Rennes I. Service commun de la documentation. Section sciences et philosophie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TARENNES2004/128
  • Bibliothèque : Institut national des sciences appliquées (Villeurbanne, Rhône). Service Commun de la Documentation Doc'INSA.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.