La dialectique de l'universel et du particulier dans la société internationale : du contenu spéculatif de la citoyenneté cosmopolitique

par Flavien Enongoué

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jean-Louis Vieillard-Baron.

Soutenue en 2004

à Poitiers .


  • Résumé

    Réfutant les " deux orientations extrêmes " que sont le particularisme et l'universalisme abstrait, l'enquête philosophique ici menée s'est construite à partir d'une hypothèse : la possibilité d'une articulation féconde entre l'universel et le particulier dans la société internationale ; en s'appuyant sur l'examen de la réception hégélienne de l'universalisme cosmopoltique de Kant. Se tenant aussi bien à distance des Lumières que du romantisme politique, Hegel a pensé l'Etat moderne comme la relation éthique suprême, et jugé indépassable la configuration d'une sce��ne internationale où, seule, la dialectique des esprits particuliers des peuples décide de l'acteur ayant vocation à exprimer le point de vue de l'universel. Mais il n'avait pas réellement pris en compte le diagnostic préalable que Kant avait déjà établi sur l'état de nature international. Or, c'est à partir dudit diagnostic que Kant explora les conditions de possibilité d'une société internationale régie autrement que par l'unique mécanisme des rapports de force entre acteurs. C'est sous le concept d'alliance des peuples qu'il décline la pensabilité d'un système international de coexistence des libertés collectives ; lequel convoque la fin d'un rapport exclusif du citoyen à sa communauté politique d'appartenance, au profit d'une ouverture relative tenant le monde comme horizon de l'action civique (citoyenneté cosmopolitique). En ayant davantage recours à l'universalisme cosmopolitique qu'à l'universel concret, il s'agit de définir, aujourd'hui, les conditions de pensabilité de la difficile liberté individuelle et collective d'habiter le monde.

  • Titre traduit

    ˜The œdialectif of universal and the private individual in the international societe


  • Résumé

    Refuting the "two extreme orientations" that are the sense of identity and the abstract universalism, the here led philosophic inquiry built itself from a hypothesis: the possibility of a fertilized articulation between the universal and the private individual in the international society, by leaning on the exam of the Hegelian reception of Kant cosmo-political universalism. Keeping at a distance just as well the Enlightenment as political romanticism, Hegel thought the modern State as the supreme ethical relation, and judged indispensable the configuration of an international scene where, the only one, the dialectic of the particular spirits of the peoples decides on the actor having vocation to express the point of view of the universal. But he had not really taken into account the preliminary diagnosis which Kant had already established on the international natural state. However, it is from the aforementioned diagnosis that Kant investigated the conditions of possibility of a governed international society otherwise than by the unique mechanism of the balance of power between actors. It is under the concept of alliance of the peoples that he declines the pensability (the act of thinking) of an international system of coexistence of the collective liberties; which convenes the end of an exclusive report of the citizen to their political community of membership, for the benefit of a relative opening holding the world as horizon of the civil action (cosmo-political citizenship). By having more appeal to the cosmo-political universalism than in universal concrete, it is a question of defining, today, the conditions of pensability of the difficult personal and collective freedom to live in the world.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 356 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.f. 334-351.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. BU Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TL 27-2004-7(A)
  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. BU Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 27-2004-7(B)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.