Métropolisation, périurbanisation et polycentrisme : la ville nouvelle de Marne-la-Vallée dans l'est francilien

par Souad Saoud

Thèse de doctorat en Urbanisme et aménagement

Sous la direction de Jean Steinberg.

Soutenue en 2004

à Paris 12 .


  • Résumé

    La métropolisation des grandes villes est accompagnée d'un mouvement de polarisation. Autour des anciens centres urbains, se créent ou se greffent des nouveaux centres ; ce sont des pôles dont la création a été décidée - du moins en France - par voie administrative, en général dans le cadre d'une politique d'aménagement régional, qui se développent, se forgent, et petit à petit s'approprient une certaine autonomie. Ainsi on aboutit à un polycentrisme qui devient une caractéristique très représentative des grandes villes : centre ancien, centre urbain nouveau, centre commercial, services regroupés aux abords des lieux de travail, "centre de vie" situés sur les noeuds de transport, centralité de quartiers. . . Bref, c'est à un système de centres que l'on a à faire. Le parti pris d'aménagement répond au désir de greffer et d'articuler au tissu des bourgs anciens, un chapelet de nouveaux centres urbains, aux tailles variées et aux fonctions complémentaires. Les notions de centre et de périphérie sont remises en cause, parce que les grandes métropoles n'offrent pas un centre mais des centres, aux fonctions différentes mais complémentaires et plusieurs couronnes périphériques au dynamisme très inégal. Au-delà des centralités, les usagers fréquentent un système de lieux qui constitue les pôles de leur vie urbaine, mais aussi le quartier d'habitation, les lieux de travail de l'enseignement, de loisirs et de détente, les lieux de la vie associative et sociale. Les villes nouvelles créées pour maîtriser l'étalement urbain ont été le terrain de délocalisation des activités que Paris ne pouvait plus abriter. Mais est-ce pour autant que nous puissions parler de concurrence entre la centralité parisienne et celle des villes nouvelles, sachant que dans ces dernières (comme le cas de Marne-la-Vallée), il n'y a pas nécessairement de conjonction entre centralité économique "pôles d'emplois", et centralité urbaine "pôles de services". La logique d'action volontariste en ville nouvelle a conduit à une tension entre la volonté de faire des villes nouvelles un lieu d'accueil et un lieu de desserte, c'est souvent selon ces deux logiques que la centralité en ville nouvelle a été conçue.

  • Titre traduit

    Metropolisation, periurbanisation and polycentrism : the new town of Marne-la-Vallée in the east of the Paris region


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    The metropolisation of big cities is accompanied with a movement of polarization. Around the former (ancient) urban areas, new centres build up themselves or are transplanted ; they are poles on which the creation was decided - at least in France - by administrative way, generally within the framework of a politics (policy) of regional organization, which development, build up themselves, and bit by bit appropriate a certain autonomy. So we end in a logic of "poly-centres" which becomes a very representative characteristic of the big cities : former (ancient) centre, new urban area, shopping centre, services grouped together (included) around working places, "centre of life" situated on the knots of transport, centrality of districts brief, it is with the system of centres that we have to deal. The prejudice of organization answers the desire to transplant and to articulate in the tissue of the former (ancient) villages, a rosary of new urban areas, in the varied sizes and in the additional functions (offices). The notions of centre and suburb are questioned, because the big metropolises do not offer a centre but centres, in the different but additional functions (offices) and several peripheral crowns in the very uneven dynamism. Beyond centralities, the users frequent a system of places which establishes (constitutes) the poles of their urban life, but also the residential area, the places of work, the education, leisure activities and relaxation, the places of the associative and social life. The new towns created to master the urban spreading were the ground of relocation of the activities which Paris could not shelter any more. But it is as far as we can speak about competition between centrality about the Parisian and about that of the new cities, knowing that in these last ones (as the case of Marne-la-Vallée), there is inevitably no conjunction enter economic centrality "poles of employments (uses)", and urban centrality "poles of services". The logic of voluntarist action in new town led (drove) to a tension enter the will to make new cities a place of reception and a place of sideboard, it is often according to these two logics that the centrality in new city in summer conceived.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (402 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.373-401

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section Economie-Gestion.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de géographie. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : MF 3542
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.