Espaces de travail interactifs et collaboratifs : vers un modèle centré sur les documents et les instruments d'interaction

par Olivier Beaudoux

Thèse de doctorat en Informatique

Sous la direction de Michel Beaudouin-Lafon.

Soutenue en 2004

à Paris 11 .


  • Résumé

    Nos motivations partent d'un triple constat. (1) Les systèmes interactifs actuels utilisent largement la notion d'application alors que les objets d'intérêt sont principalement les documents. La nature composite des documents oblige alors les utilisateurs à jongler entre les applications afin d'éditer les différentes parties d'un document, induisant une discontinuité de l'interaction. (2) L'interaction s'articule autour du tandem clavier + souris, réduisant ainsi sa richesse à des stéréotypes. L'implantation des techniques d'interaction bimanuelle, des " toolglasses " ou de la reconnaissance de traces, est souvent difficile et reste à la charge des applications. (3) De nombreuses techniques de collaboration ont été mises en œuvre dans des applications. Les systèmes d'exploitation ne proposent cependant pas de services dédiés aux collecticiels si bien que leur construction nécessite un effort important. Nous proposons une nouvelle approche des espaces de travail interactifs et collaboratifs qui visent à résoudre les problèmes précédents. L'approche est formalisée par le modèle conceptuel appelé DPI (Document, Présentation, Instrument). Dans ce modèle, les applications disparaissent totalement au profit des trois composants de base, les documents, leurs présentations et les instruments. Ces composants communiquent les uns avec les autres à l'intérieur de l'espace de travail en fonction des actions et des besoins de l'utilisateur. Une boîte à outils expérimentale est développée afin de tester et d'évaluer le modèle. Elle permet d'élaborer des instruments complexes, des documents simples, dans un contexte éventuellement multi-utilisateurs assez simple.


  • Résumé

    Our motivations are based on a three observations. (1) Current interactive systems largely use the concept of application whereas objects of interest are mainly documents. The composite nature of documents forces users to juggle between applications in order to edit the various parts of a document, thus making interaction less fluent. (2) Interaction is based on the keyboard + mouse pair, thus reducing its richness to stereotypes. Implementation of techniques such as bimanual interaction, "toolglasses" or gesture recognition, is often difficult and must be performed from scratch. (3) Many collaboration techniques have been integrated within applications. However, operating systems do not offer services dedicated to the groupware thus requiring a significant effort to implement such applications. We propose a new approach of interactive and collaborative workspaces that aims at solving these problems. The approach is formalized by a conceptual model called DPI (Document, Presentation, Instrument). In this model, applications disappear and are replaced by three main components, documents, their presentations and instruments. These components communicate each other within the workspace depending on users' needs and actions. An experimental toolbox has been developed in order to test and evaluate the model. It allows the implementation of complex instruments, simple documents, in simple collaborative context.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 229 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.197-204

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(2004)51
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.