Poétiques de la finitude : Yves Bonnefoy, Philippe Jaccottet, Jean Malrieu, Gaston Puel

par Éric Dazzan

Thèse de doctorat en Lettres modernes

Sous la direction de Jean-Michel Maulpoix.

Soutenue en 2004

à Paris 10 .


  • Résumé

    Les œuvres de Bonnefoy (1923), de Jaccottet (1925), de Malrieu (1915-1976) et de Puel (1924) se sont développées dans le tournant de l'après-guerre et ont été confrontées aux bouleversements socio-économiques des trente glorieuses, à la marginalisation de la poésie, à l'émergence des sciences humaines et à la crise du sujet. Face à la remise en cause du lyrisme, ces poètes ont eu à redéfinir le rapport du sujet aux mots et des mots au réel. Prendre acte d'un savoir qui rend inactuelle la parole de poésie, c'était affronter la finitude et en faire la pierre de touche d'un désir qui résiste aux injonctions du nihilisme. Reconnaître qu'au cœur de la métaphore se trouvent la mort et le mouvement qui porte toute chose et le sujet à différer d'eux-mêmes, c'était ouvrir, sans l'annihiler, la scène de l'écriture sur le dehors. Ainsi la parole de poésie vaut-elle de se donner comme l'acte d'invention par lequel le sujet participe de ce qui est et y ouvre l'horizon d'un possible.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (525 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 509-523. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 04 PA10-191 (1-3)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.