Loca horrida : l'espace des animaux sauvages dans le monde romain entre la fin de la République et le Haut Empire

par Jean Trinquier

Thèse de doctorat en Langues et littératures anciennes

Sous la direction de Agnès Rouveret.

Soutenue en 2004

à Paris 10 .


  • Résumé

    Dans cette thèse ont été étudiés les espaces que les Romains assignaient aux animaux sauvages, dans le but de mieux définir les notions de lieu sauvage et de faune sauvage et de cerner les contours de l'idée romaine de sauvagerie. Un locus horridus se définit par une absence, celle de l'homme, et par deux caractéristiques principales, le hérissement et l'âpreté. Les animaux sauvages sont cantonnés dans un domaine qui leur est propre, celui des montagnes boisées pour la faune indigène, celui des confins du monde pour la faune exotique, selon un modèle idéal d'organisation de l'espace qui ne prend pas en compte la complexité du réel. La distinction entre animaux sauvages et animaux domestiques trouve ainsi une traduction spatiale, laquelle est " bonne à penser ". On a étudié le rôle joué par la faune dans la perception des différents espaces sauvages du monde romain.

  • Titre traduit

    The Roman wilderness : wild animals and spaces in the Roman world, between the end of the Republic and the beginning of the Empire


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (886 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 847-886

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 04 PA10-184 (1-2)

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.