Croire en Dieu, croire au Diable : l'impossible liberté chez Berkeley

par Axelle Martin

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Geneviève Brykman.

Soutenue en 2004

à Paris 10 .


  • Résumé

    Cette recherche porte sur l'oeuvre de George BERKELEY, auteur irlandais (1685-1759). Elle a pour but de montrer que Berkeley, en tentant d'invalider la notion de substance matérielle, grâce à son système, l'immatérialisme, découvre la liberté humaine comme problématique, et notre thèse montre que cette liberté, pour des raisons internes à son système, s'avère être une liberté impossible. En effet, Berkeley est contraint d'affirmer la liberté humaine, pour sauver Dieu du mal, et en faire l'homme responsable. Parallèlement, il affirme que nous devons, pour connaître la loi divine et lui obéir, l'apprendre selon un modèle linguistique qui introduit la notion de temps et d'erreur d'interprétation. Mais cette liberté, découvrant dans l'erreur son pouvoir de création et d'autonomie, va nous permettre paradoxalement de réaliser sur terre l'œuvre du Diable. Tout le travail de Berkeley consiste donc à produire la notion paradoxale de "liberté à un seul choix".

  • Titre traduit

    To believe in God, to believe in the Devil : Berkeley's impossible liberty


  • Résumé

    This research is about the Works of George Berkeley, an Irish Writer (1685?1759). It aims at showing that Berkeley, when he tries to invalidate the notion of Material Substance, with his system, Immaterialism, finds out that human liberty is a problem, and our thesis shows that this liberty, because of internal reasons, in Berkeley's system, proves to be impossible. Indeed, Berkeley must put liberty in man, in order to save God from the responsibility of evil, and make man responsible for it. On the other hand, he says that knowing the Law of God in order to obey it, is only possible if we learn it as a linguistic model, which includes the notion of time and misinterpretations. But in its mistakes, liberty finds out its power of creation and autonomy, and it allows us, paradoxically, to achieve on Earth the Work of the Devil. The work of Berkeley is thus to produce a paradoxically notion of "liberty with only one choice".

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 433 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 423-426. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 04 PA10-69
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.