La création onomastique dans le cycle de Earthsea d'Ursula K. Le Guin

par Christopher Lee Robinson

Thèse de doctorat en Langues, littératures anglaises et anglo-saxonnes

Sous la direction de Jean-Jacques Lecercle.

Soutenue en 2004

à Paris 10 .


  • Résumé

    La fabrication des noms dans le cycle de Earthsea d'Ursula Le Guin est un processus génétique surdéterminé qui invite à la comparaison avec trois modèles familiers de la création littéraire : le bricolage, la déconstruction et la psychogenèse. Cette création onomastique se trouve au coeur de la genèse de ces romans, et il s'avère que le sujet de la genèse est une préoccupation centrale de la fantasy contemporain. En même temps, ce corpus littéraire a pris une tournure langagière qui marque l'épistèmè de toute production majeure de la littérature et des sciences humaines à l'époque actuelle. En faisant une synthèse de ces deux observations, on arrive à l'idée que l'essence linguistique de la fantasy réside dans un retournement langagier : un retour vers les origines du texte et du genre, mais aussi vers une perception ancienne ou prémoderniste du langage, semblables à celles qui se trouvent dans la pensée sauvage ou dans l'enfance, et qui mettent l'accent sur les éléments les plus concrets, voire corporels de la parole. Gardant ces idées à l'esprit, on peut constater que cette étude de la fabrication des noms chez Le Guin est matérialiste dans sa vision et sa méthodologie, et cet accent mis sur le ton et la forme, la voix et le corps, mène vers des champs d'investigation bien différents de ceux de l'onomastique littéraire traditionnelle.

  • Titre traduit

    Onomastic creation in Ursula K. Le Guin's earthsea cycle


  • Résumé

    The making of names in the fiction of Ursula K. Le Guin is an overdetermined genetic process that invites comparison with three familiar models of literary creation : bricolage, deconstruction and psychogenesis (jokework and dreamwork). Onomastic ceration lies at the heart of the Earthsea cycle, and the topic of genesis is in fact a central preoccupation of contemporary fantasy. At the same time, this literary corpus has taken that same linguistic turn which characterizes the épistèmè of the major part of literature and the humanities in the present age. Putting these two observations together, one arrives at the idea that, from the point of view of its language, the essence of fantasy lies in a linguistic return : a movement back to the origins of the text and the genre as a whole, and also to an ancient or premodernist perception of speech and writing similar to that found in La pensée sauvage (the savage mind) and childhood, both of which emphasize the concrete, corporal elements of language. Keeping these ideas in mind, one finds that this study of the fabrication of names in Le Guin's fantasy is materialistic in its outlook and methodology, and that the emphasis on sound and form, voice and body leads towards fields of investigation rather different from traditional literary onomastics, oftentimes exceeding the ordinary limits of interpretation.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (462 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p . 392-420. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 04 PA10-27 (1-2)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.