La modalité et ses corrélats en birman : dans une perspective comparative

par Alice Vittrant

Thèse de doctorat en Linguistique générale

Sous la direction de Martine Mazaudon.

Soutenue en 2004

à Paris 8 .


  • Résumé

    Ce travail sur « La modalité et ses corrélats en birman, dans une perspective comparative », s'inscrit délibérement dans une approche typologique, par la confrontation d'un modèle théorique à des données langagières afin de le faire évoluer vers une plus grande universalité. Nous commencerons notre étude par une première partie théorique sur les notions de modalité, de temps et d'aspect (TAM). Après avoir rappelé les liens existant entre la modalité et ses corrélats, à savoir le temps et l'aspect, nous nous attacherons à expliciter ces notions. Nous nous appuierons, pour ce faire, sur les travaux de Cohen (1989) et de Dik (1997) pour l'aspect. En ce qui concerne la mdalité, nous nous inspirerons plus particulièrement de l'approche sématique de Frawley (1992) et de celle, fonctionnaliste, de Dik (1997): à la suite de Frawley, nous considérerons la négation comme faisant partie du domaine de la modalité, et utiliserons l'idée proposée par Dik d'une stratification de la phrase pour formuler un modèle hiérarchisé de la modalité à cinq niveaux. Nous continuerons par une présentation générale de la langue birmane, et plus particulièrement du birman vernaculaire. Nous proposerons ensuite une ré-analyse du syntagme verbal birman, fondée sur la notion de constructions de verbe en séries (CVS); elle sera accompagnée d'une présentation des morphèmes verbaux et des valeurs qu'ils véhiculent. Nous aborderons enfin l'expression de la modalité en birman, sujet principal du présent travail, en montrant, dans un premier temps, que cette dernière, bien représentée dans la langue, utilise des formes variées: morphèmes spécialisés, morphèmes grammaticalisés, constructions syntaxiques, expressions figées. Puis nous mettrons en évidence que la modalité en birman intervient à différents niveaux dans l'énoncé; elle peut être inhérente au procès (niveau A), concerner la prédication (niveau B), s'inscrire dans la proposition (niveau C), porter sur la phrase entière (D) ou opérer au niveau de l'énoncé (niveau E). Pour conclure, nous verrons que la modalité est une notion essentielle en birman: obligatoirement exprimée dans le syntagme verbal, elle apparaît à tous les niveaux précédemment définis, et sous des formes nombreuses et variés.

  • Titre traduit

    Modality and its correlates in Burmese : from a comparative perspective


  • Résumé

    This work, entitled "Modality and its correlates in Burmese from a comparative perspective", deliberately takes a typological approach, testing a theoretical model against actual linguistic data in order to help the theory attain greater universality. We will first examine various linguistic theories as they apply to modality, tense and aspect (TAM). After reviewing the relationship between modality, tense and aspect, we will attempt to explain these notions. For aspect, we will use the concepts found in the work of Cohen (1989) and Dik (1997). For modality, we will base our ideas on the semantic approach of Frawley (1992) and the functionalist approach of Dik (1997). Like Frawley, we consider negation to be part of the domain of modality, and we follow the stratificationalist method of Dik in proposing a five-tiered hierarchical model of modality. This will be followed by a presentation of the Burmese language, and more specifically vernacular Burmese. We propose a reanalysis of the verb phrase in Burmese, based on the notion of serial verb construction (SVC); it is presented along with the verbal morphemes and their corresponding values. Finally, we will examine the expression of modality, which is the main focus of our study, by showing, first, that modality is well-represented in the language and uses a variety of forms; specialized morphemes, grammaticalized morphemes, syntactic constructions, frozen expressions. We will then show that Burmese modality is relevant at different levels of the utterance: it can be inherent in a process (level A), or express at the level of the predicate, (level B), the clause (C), the sentence (level D) or the utterance (level E). In conclusion we will show that modality is an essentiality is an essential notion in Burmese: its expression in verb phrase is obligatory and it appears at all levels of the sentence in numerous and varied forms.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2007 par [CCSD] [diffusion/distribution] à Villeurbanne

La modalité et ses corrélats en birman : dans une perspective comparative

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (IX-470, 145 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 443-459

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3283/1,2
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : GEN.III.107975
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : GEN.III.107976
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.