La part du surréalisme dans la théorie lacanienne des psychoses et dans l'éthique de la psychanalyse

par Jean-Claude Marceau

Thèse de doctorat en Psychanalyse

Sous la direction de Serge Cottet.

Soutenue en 2004

à Paris 8 .

  • Titre traduit

    ˜The œcontribution of surrealism to the lacanian theory of psychoses and the ethics of psychoanalysis


  • Résumé

    Cette thèse se propose d'interroger les rapports du mouvement surréaliste avec la pensée de Jacques Lacan, concernant sa conception des psychoses et de l'éthique de la psychanalyse. Nous montrons tout d'abord que si le surréalisme porte un vif intérêt à la folie et à la psychanalyse, sa méconnaissance des idées de Freud n'en est pas moins radicale. Les auteurs surréalistes auxquels se réfère Lacan tout au long de son œuvre apparaissent plutôt comme des dissidents du mouvement : Dali, puis les membres du Collège de Sociologie et de la revue Acéphale, autour de Bataille et Masson. La paranoïa que Lacan pose comme nouveau paradigme fondateur de la psychanalyse inspire également la méthode paranoïaque-critique de Dali et sa critique de la réalité. Mais le stade du miroir développe une théorie hégélienne de la folie qui récuse le merveilleux surréaliste. Du reste, pour Lacan, l'image est à appréhender dans sa dimension signifiante et non comme figure, selon la perspective surréaliste reprise par Lyotard. L'amour fou des surréalistes traduit par ailleurs la recherche d'une complétude qui s'oppose à la formule lacanienne : " Il n'y a pas de rapport sexuel ". L'œuvre de Bellmer, autre marginal du mouvement, et de sa compagne Unica Zürn, une artiste schizophrène, constitue une tentative d'articuler la phrase et le corps dans une perspective voisine de l'inconscient structuré comme un langage. La révolte surréaliste toutefois se révèle impropre à soutenir une authentique éthique du désir, telle que Lacan l'articule à propos d'Antigone. Lacan et le surréalisme : une méprise donc, mais qui se révèle fructueuse. Car les surréalistes, à leur insu, ont ouvert la voie au dévoilement du signifiant, dont Lacan nous restitue la logique.


  • Résumé

    This dissertation aims at questioning the relationship between the surrealist movement and the thinking of Jacques Lacan, as regards his conception of psychoses and the ethics of psychoanalysis. The author firstly demonstrates that surrealists may be greatly interested in insanity and psychoanalysis, yet are ultimately unintelligent of Freud's ideas. The surrealists referred to throughout Lacan's works rather appear as dissidents of the movement : Dali, as well as members of the Collège de Sociologie and the Acéphale review, mainly Bataille and Masson. Lacan lays dowm paranoia as a new paradigm for the foundations of psychoanalysis. This is also a predominant theme in Dali's work, as a result of his paranoiac-critical method which puts to the test the very notion of reality. Yet the Lacanian idea of a mirroring stage gives rise to Hegelian developments on insanity that refuse the surrealistically-speaking wonderful. Moreover, in Lacan's view, the image is considered for its signifying dimension rather than as a figure for itself, as in Lyotard's perspective driven from surrealism. Conversely, passionate love, as surrealists see it, testifies to a search for completeness as loggerheads with the Lacanian formula : “There is no such thing as a sexual relationship”. Bellmer, another lonely rider within the movement, and his companion Unica Zürn, a schizophrenic artist, have produced works that can be seen as a tentative for articulating sentential framing and body according to a pattern close to that which regards the unconscious as structured through language. However, the surrealist rebellion proves unfit to provide a support for genuine ethics of desire, such as articulated by Lacan about Antigone. Lacan and surrealism have built up a relationship based on misunderstanding, yet a fruitful one. For the surrealists, through unaware of if, have opened the path to the unveiling of the signifier, while Lacan has unravelled its logic.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (565 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 551-564

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2183
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.