"Inventer un peuple qui manque" : la communauté humaine chez Maurice Blanchot, Henri Michaux et René Char entre 1940 et 1950

par Céline Guillot

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Jean-Claude Mathieu.

Soutenue en 2004

à Paris 8 .


  • Résumé

    Dans le contexte d’après-guerre, où la notion de communauté comme modèle théologico-politique, mais aussi comme catégorie sociologique, ne représentait plus une alternative idéale et idéelle à la dissolution et à la dislocation de la société occidentale, certaines œuvres littéraires, comme celles de Char, de Michaux et de Blanchot ont tenté, tout en la démarquant de ses anciens référents, d’explorer des perspectives de renouvellement de la communauté, en somme d’inventer un lien qui ne relèverait pas du politique, ni du théologique, mais du poétique. Nous avons essaye��� d’élucider la nécessaire remise en jeu dans la littérature et dans la poésie de la question de la communauté dans les années quarante-cinquante à une époque où ce terme avait été discrédité par l’histoire. Pourquoi la littérature s’efforçait-elle de maintenir comme une exigence irréductible la possibilité d’un « nous » à une époque où les « mécomptes grandioses de l’histoire » avaient fait connaître ce terme « sur un fond de désastre » et de « ruine » ?

  • Titre traduit

    "Inventing a missing people" : human community at Maurice Blanchot, Henri Michaux and René Char between 1940 and 1950


  • Résumé

    In the context of post-war period, when the concept of community as a political and theological model, but also as a sociological category, did not represent any more one ideal and ideological alternative to the winding-up and dislocation of the Western society, some literary works, such as Char, Blanchot and Michaux tried, while dissociating it from its former referents, to explore prospects for renewal of the community, in other words to invent a bond which would not concern politics, nor theology, but poetry. The point of this dissertation is to explain the necessary questionning of the concept of community concerning literature and poetry in the forties and fifties, two decades when this term was discredited by history. Why would literature endeavour to maintain as an irreducible requirement the possibility of "we" at one time when the historical events used this term in a background of “disaster” and “ruin”?

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2013 par les Presses du réel à [Dijon]

Inventer un peuple qui manque : que peut la littérature pour la communauté ? : Bataille, Char, Michaux, Nancy, Agamben


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 450 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 421-451

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2065
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2013 par les Presses du réel à [Dijon]

Informations

  • Sous le titre : Inventer un peuple qui manque : que peut la littérature pour la communauté ? : Bataille, Char, Michaux, Nancy, Agamben
  • Dans la collection : ˜L' œespace littéraire
  • Détails : 1 vol. (267 p.)
  • ISBN : 978-2-84066-556-4
  • Annexes : Bibliogr. p. 245-267
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.