Etude pluridisciplinaire du transfert des métaux de l'atmosphère vers les mousses (Scleropodium purum (Hedw. ) Limpr. ) : suivi sur un site rural (Vouzon, France)

par Sébastien Leblond

Thèse de doctorat en Chimie de la pollution atmosphérique et physique de l'environnement

Sous la direction de Jean-Louis Colin.

Soutenue en 2004

à Paris 7 .


  • Résumé

    De par leurs propriétés morphologiques et physiologiques (l'absence de système racinaire et de tissus conducteurs développés faisant du dépôt atmosphérique la principale source en eau et éléments nutritifs), les mousses sont couramment utilisées comme sentinelles de la pollution métallique atmosphérique. Cependant, l'analyse des mousses ne permet pas d'estimer directement la valeur réelle du dépôt atmosphérique. Afin de convertir les concentrations mesurées dans les mousses en flux de retombées atmosphériques, divers paramètres doivent être renseignés (efficacité de capture et de rétention des métaux par la mousse, production annuelle de biomasse) ; tel fut l'objet de ce travail de recherche. Cette étude de processus est menée sur un site atelier en milieu rural, loin de sources ponctuelles de pollution (Vouzon, forêt domaniale de Lamotte Beuvron, Loire et Cher), sur un cycle annuel (octobre 2001-2002) et s'intéresse à une espèce de mousse : Scleropodium purum (Hedw. ) Limpr. Au niveau de l'organisme, le suivi temporel du développement morphologique (allongement du brin et production de biomasse) et physiologique (dégradation de la chlorophylle) a contribué à mieux renseigner la biologie de l'espèce échantillonnée. Un allongement moyen de 2,2 cm. Anˉ¹ du brin principal et un accroissement de biomasse de 103,7±29,5 g. Mˉ². Anˉ¹ ont ainsi été mesurés. Une caractérisation des diverses sources d'erreur (du prélèvement à l'analyse) a montré la faible variabilité associée à l'échantillonnage des mousses, validant ainsi le protocole usité. Le suivi régulier des retombées atmosphériques totales et des concentrations élémentaires mesurées dans les mousses a permis de confronter la valeur réelle du flux de dépôt annuel à la valeur estimée à partir des mousses. Pour chaque élément, un pourcentage d'efficacité de capture et de rétention par la mousse a ainsi pu être calculé. Le classement des éléments, en fonction de la valeur du pourcentage d'efficacité, conduit à la séquence suivante : Mn > K > P >Ca > Hg >Mg = Zn > Cu > Li > Sr > Ba > V > Pb > Fe > Na = Al > Si, où le flux de dépôt annuel réel est surestimé pour Mn et sous-estimé pour Si en utilisant les mousses. Divers phénomènes mis en évidence au cours de cette étude peuvent influer sur l'efficacité de capture et de rétention des éléments par le brin de mousse et ainsi expliciter les différences relevées entre le dépôt réel et estimé par les mousses.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ([216] p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 153-159

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TS (2004) 216
  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque de botanique.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : CRYP B 938
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.