Apoderados et caciques aymaras du département de La Paz (Bolivie) 1880-1935 : apprentissage et appropriation des pratiques politiques

par Sébastien Cavillon

Thèse de doctorat en Histoire et civilisation. Mondes modernes

Sous la direction de Jean Piel.

Soutenue en 2004

à Paris 7 .


  • Résumé

    Les travaux les plus récents s'accordent à dire que la période de la post-indépendance a été la plus sombre de l'histoire des communautés indiennes en Bolivie. A partir des années 1880 l'Etat bolivien applique un programme économique brutal qui vise à la dislocation des ayllus. Or c'est justement au moment des "revisitas" et en réponse à cette agression libérale que les "masses rurales" de l'altiplano font leur retour sur la scène politique, particulièrement dans les provinces d'Omasuyos et de Pacajes. Issus des structures communautaires et des systèmes de charge revitalisés dont ils tirent leur légitimité et leur pouvoir de représentation, les Apoderados aymaras entreprennent une défense acharnée de leurs droits collectifs sur la terre. Regroupés autour de quelques leaders ils mènent une lutte oscillant entre les formes légales d'un recours systématique au sens de la justice et à la protection paternaliste de l'Etat et celles de soulèvements violents qui ne sont pas de simples explosions conjoncturelles, expression de la "fureur indienne", mais bien l'aboutissement d'un long et complexe processus de résistance et d'affirmation politique contre le pouvoir omnipotent et accablant des hacendados et des gamonales. Après une période d'apparente accalmie, suite à l'élimination des principaux leaders communautaires au lendemain de la guerre fédérale, on assiste à un retour de la question indienne vers 1914. Un nouveau réseau se réorganise et, au travers de la redécouverte des titres coloniaux, se réapproprie et réinvente le caciquat. L'apprentissage politique des Caciques-Apoderados est lié de façon étroite et parfois contradictoire à l'émergence du Parti Républicain de Bautista Saavedra. L'objectif principal reste l'accès à la terre sur la base d'une renégociation du "pacte colonial", mais désormais cette revendication centrale est de plus en plus intégrée à une vision globale de la Nation dont le modèle élitiste et excluant est profondément remis en cause. .


  • Résumé

    According to the most recent researches, the post-independence has been one of the darkest period in the history of the Bolivian Indian communities. During the decade of 1880 the Bolivian state apply an economic program that aims to the dislocation of the ayllu's traditional organisation and territory. The "rural masses" of the Aymara highlands make their return on the political scene in response to that liberal aggression against communal land tenure, especially in the provinces of Omasuyos and Pacajes. The Aymaras Apoderados are stemmed from the communal political structures which confers them their legitimacy and their political and juridical power of representation. They carry out a strenuous struggle in defence of their collective territorial rights and lead a fight that wave between the legal forms of a systematic resort to the sense of justice and paternalist protection of the State, and some violent uprisings which are not the mere expression of the "Indian rage" but the result of a large and complex process of resistance and political assertion against the overwhelming power of the hacendado class. Most of the leaders are killed during the Federal War, but the Indian question came back on the national scale towards 1914. A new network is reorganised, and throughout the rediscovery of the colonial titles the cacical tradition is reinvented. Within a dynamic and sometimes contradictory bargaining, the political apprenticeship of the Caciques-Apoderados is tightly connected to the emergence of the Bautista Saavedra's Republican Party. While the main objective is still the access to the land based on the renegotiation of the "colonial pact", this initial claim become more and more integrated into a wider global vision of the Bolivian Nation which elitist and excluding model is profoundly questioned.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (654 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 616 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2004) 067

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 8336
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.