Plantes génétiquement modifiées : controverses, communication et idéologie

par Jean-Paul Oury

Thèse de doctorat en Epistémologie, histoire des sciences et techniques

Sous la direction de Claude Debru.

Soutenue en 2004

à Paris 7 .


  • Résumé

    Depuis le début des années 80, les PGM - Plantes Génétiquement Modifiées - sont perçues comme un progrès de la part des principaux acteurs de l'agro-industrie et l'adoption de l'agriculture intégrée par les cultivateurs ne cesse de croître au niveau mondial. Or, au cœur de la sphère publique européenne, les PGM suscitent un doute profond. Deux thèses rendent compte de cette situation : la première, généralement défendue par les partisans de la science dite "orthodoxe", affirme que l'opinion refuse les PGM parce qu'elle a une mauvaise connaissance des biotechnologies ; une seconde explication proposée par certains sociologues, soutient que les consommateurs n'ont pas été impliqués dans le débat. Ce travail interdisciplinaire se propose de compléter ces explications en démontrant la tournure idéologique du discours au travers d'une triple lecture qui combine histoire des sciences, étude communicationnelle et histoire de la pensée. Le premier aspect expose la controverse qui oppose les experts sur l'évaluation des risques potentiels et l'estimation des avantages. Le second aspect analyse les mécanismes de la polémique publique qui prend en tenaille l'opinion entre les stratégies de communication des industriels et celles des ONG. Le dernier aspect expose les arguments des thèses naturalistes et technicistes, puis revient sur deux problématiques philosophiques fondamentales. Enfin, une tentative de définition des PGM permet de clarifier les valeurs en présence et donne les bases d'un retour au dialogue.


  • Résumé

    Since the beginning of the eighties, the GMP - Genetically Modified Plants - are considered as a progress for the main stakeholders of the agricultural-biotechnologies and the adoption of the integrated crops solutions by the farmers keeps on growing at the world level. Now, considering the public arena, the GMP causes a deep uncertainty; this can be observed in Europe anyway. Two thesis explain this situation: the first one, which is stood up by the advocates of the sound science, states that the public refuses the GMF because it has a wrong knowledge about the biotechnologies; a second one, which is merely defended by the social science, states that the consumers haven't been enough involved in the debate. Our interdisciplinary study aims to complete these explanations by showing the ideological shape of the discourse through a threefold reading, which combines history of sciences, communicating study and history of the thinking. The first sight displays the controversy which sets against the experts on the basis of the potential risks assessment and the appraisal of the benefits, The second sight studies the mechanisms of the polemic which catch the opinion in a pincer movement between the communication strategies of the industrials and the ones of the NGO. The last sight gives the arguments of the naturalists and the technicist's thesis, and then comes back on two fundamentals issues. At last, a bid of definition of the GMP allows clarifying the values here at stake, and gives the basis for renewing with the dialog.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (501 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 412 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2004) 066

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 8368
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.