Femmes, africaines et diplômées : une élite auxiliaire à l'époque coloniale. Sages-femmes et institutrices en Afrique occidentale française (1918-1957)

par Pascale Claire Barthélémy

Thèse de doctorat en Lettres, sciences humaines et sociales

Sous la direction de Catherine Coquery-Vidrovitch.

Soutenue en 2004

à Paris 7 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    De 1918, date de création de l'Ecole de médecine de l'Afrique occidentale française aux indépendances des territoires de la fédération en 1958-1960, quelques mille jeunes filles africaines obtiennent un diplôme de sage-femme, d'infirmière-visiteuse ou d'institutrice. L'administration française organise l'éducation et la formation d'un personnel féminin auxiliaire africain nécessaire à la mission civilisatrice dont le dispensaire et l'école sont deux volets indissociables. L'étude de cette population féminine, de la composition et de la constitution du groupe, de la place de ces femmes diplômées dans les sociétés concernées au fil des générations, permet d'aborder sous un angle renouvelé la politique coloniale française et la question de la construction des identités sexuées dans les sociétés africaines contemporaines. Car ces femmes instruites et salariées acquièrent une position particulière tant par rapport aux hommes, instruits et non instruits à l'école française, que vis-à-vis des autres composantes de la population féminine. Ce travail étudie donc à la fois les origines sociales de ces femmes, les conditions dans lesquelles elles sont recrutées au sein de l'Ecole de médecine à partir de 1918 et de l'Ecole normale d'institutrices à partir de 1938, l'éducation qu'elles reçoivent, la façon dont elles exercent leur métier et réinvestissent leur capital scolaire dans le champ social, mais aussi les bouleversements entraînés par leur formation dans la sphère privée. L'approche chronologique a été privilégiée afin de déterminer les différentes phases qui ponctuent l'avènement d'une élite féminine africaine.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (946 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 650 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque de Recherches Africaines (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T542(1,2,3)
  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2004) 047
  • Bibliothèque : Centre d'études africaines (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : B 23.806/1
  • Bibliothèque : Centre d'études africaines (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : B 23.806/2
  • Bibliothèque : Centre d'études africaines (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : B 23.806/3
  • Bibliothèque : Institut national d'études démographiques. Service de documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : P2 BART 2004/1
  • Bibliothèque : Institut national d'études démographiques. Service de documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : P2 BART 2004/2
  • Bibliothèque : Institut national d'études démographiques. Service de documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : P2 BART 2004/3

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 7964
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.