Fantasmes de maternité chez l'homme : un itinéraire freudien

par Geneviève Peloille

Thèse de doctorat en Lettres, sciences humaines et sociales

Sous la direction de Danièle Brun.

Soutenue en 2004

à Paris 7 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La création d'un groupe de pères en maternité répondait à la demande des futurs pères de se préparer à la naissance, et au projet institutionnel d'écoute et d'appui des parents, en lien avec le Centre de Recherches Psychanalyse et Médecine de l'UFR Paris 7. Au fil des réunions, l'émergence quasi constante de fantasmes de maternité, souvent accompagnés de manifestations corporelles, a suscité ce travail de recherche sur les enjeux d'une telle fantasmatique. Mythes ou rites d'origines diverses et mythologie individuelle se répondent. De plus, la résonance entre les fantasmes surgis de certains rêves de Freud, confronté à la paternité, et ceux des futurs pères nous suggère que, loin d'appartenir au registre de la pathologie, ils s'intègrent au processus d'accession à la paternité. Les traces du corps à corps originel et des théories sexuelles infantiles se raniment avec l'attente d'un enfant, promesse narcissique, dépositaire des vœux d'immortalité, mais aussi objet rival. Les remaniements s'opèrent en fonction de l'histoire et des identifications de chacun. Les fantasmes de maternité mettent à l'épreuve le savoir de l'homme sur les origines, sur la différence des sexes et sur le pouvoir de la femme d'enfanter. Il interroge ainsi l'autre féminin sur ce qui n'est et ne sera jamais lui. Il s'avère que l'espace de parole proposé au futur père facilite l'élaboration de sa paternité prochaine. Il l'autorise à exprimer sa propre part de féminité et sa finitude, sources d'inquiétante étrangeté et, parfois, de troubles graves. Il permet, dans l'après-coup, de libérer au sein de l'espace privé du couple, des paroles qui n'auraient pu advenir. Il œuvre à la création d'un espace en lui pour accompagner la mère, sans se substituer à elle, et accueillir l'enfant. Le père, biologique ou non, est appelé à reconnaître l'enfant à venir comme sien. Sa simple présence au groupe le désigne déjà dans son " être père ".

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 354 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 223 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2004) 044

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 8003
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.