L'inscription de la mort chez Georges Bataille

par Koichi Kanda

Thèse de doctorat en Lettres, sciences humaines et sociales

Sous la direction de Francis Marmande.

Soutenue en 2004

à Paris 7 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Préciser l'idée de mort chez Bataille, dégager l'évolution de sa réflexion sur ce thème et examiner la façon dont la mort est représentée dans ses fictions, tels sont les objectifs du présent essai. Le parcours de sa thanatologie est divisé en trois étapes. Avant la Seconde Guerre mondiale, Bataille aspire à la mort qui permet de diviniser l'homme. Cependant, lorsqu'il conçoit que l'homme ne puisse pas éprouver sa propre mort, la mort mimétique est le seul moyen de faire l'expérience de la mort tout en restant vivant. L'écriture mortifère, étant à la fois expérience de la mort mimétique et sa transcription, occupe une place cruciale dans la pensée bataillienne. Ses œuvres littéraires sont basées sur l'écriture mortifère. Après la guerre, Bataille systématise sa philosophie du "non-savoir" et s'attache à écrire une "Histoire universelle" dans la perspective de la mort. La mort selon Bataille, qui désigne surtout l'expérience de la perte de soi, passe ainsi du drame psychologique à la philosophie du "non-savoir".

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 416 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 60 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2004) 005

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 7446
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.