Pour une typologie linguistique de l'énonciation de presse

par Eglantine Goddefroy

Thèse de doctorat en Linguistique française

Sous la direction de Alain Lemaréchal.

Soutenue en 2005

à Paris 4 .


  • Résumé

    L'énonciation de presse répond à des règles d'écriture particulières dictées par la visée commerciale de l'entreprise médiatique, les valeurs morales dévolues à la profession de journaliste ainsi que le souci de lisibilité du message. Le contrat de communication qui lie les différents partenaires permet ainsi d'édifier un système entre l'énonciateur (le journaliste) d'une part, le destinataire (le(s) lecteur(s)) d'autre part, réunis virtuellement sur un support (le journal), et une matière (l'événement). Autrement dit, le discours journalistique fonctionne selon des normes linguistiques récurrentes qui mettent en lumière une typologie d'énonciation particulière. On remarque ainsi que le journaliste utilise principalement des lexèmes de connotation négative pour mieux interpeller le lecteur, que les énoncés sont majoritairement construits avec le temps du " présent ", démontrant le souci manifeste pour l'énonciateur de propulser son lecteur dans un contexte se rapprochant au plus près du moment d'énonciation, ou encore, que la ponctuation adopte un fonctionnement inhabituel. L'énonciateur cherche ainsi à se rendre " transparent ", à se dissimuler derrière son message, de façon à légitimer son discours et lui apporter une plus grande crédibilité. Une crédibilité qui est renforcée par le caractère polyphonique du discours de presse, le journaliste faisant tour à tour intervenir les différents acteurs de l'événement (témoins, experts, etc. ) pour reconstruire efficacement les faits. Un procédé que l'on pourrait qualifier, en reprenant les critères de l'Antiquité, de " rhétorique " et qui montre comment la presse s'apparente à une méthode d'argumentation silencieuse.

  • Titre traduit

    For a linguistic typology of the french press enunciation theory


  • Résumé

    The enunciation theory of press works with writing rules conditioned by commercial goal, ethics professional ways of writing and the effective readability of message. Communication contract between partners also set up a system with in one side, the enunciator of message (journalist), in the other side, the person it is addressed to (reader(s)), both virtually united by a support (newspaper) and a material thing (event). By the way, journalistic speech shows up recurrent ways of working to build up a particular enunciation typology. Indeed, it is noticed that journalist mainly uses lexemes with a negative connotation, more attractive for readers, that “present” tense is the most important tense in journalistic sentences, in the way to join present of event with present of speech. Moreover, it's obvious that writing press sentences have a special punctuation (for instance, the “two points” could be useful to increase space in page but mainly, they offer a way for journalist to avoid a verb and to keep distance with his text, without any judgement). Enunciator also tries to become “transparent” to provide to his message a better credibility. And when journalist uses a polyphonic way of writing, to make witnesses, experts, or victims, talk, it's also to create a speech as close as possible from the reality. A process that make thinking about rhetorical speech and shows up silent argumentation in press sentences.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (334 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 137 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6064

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 7922
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.