La ville nord-américaine dans la poésie québécoise des années 1980-2000

par Luminita Urs

Thèse de doctorat en Littéraure comparée

Sous la direction de Jacques Chevrier.

Soutenue en 2004

à Paris 4 .


  • Résumé

    L'Amérique demeure un référent privilégié dans la poésie québécoise contemporaine. Remplaçant la poésie du terroir et la rhétorique aux accents nationalistes, une nouvelle poétique américaine s'affirme à partir des années 1980. Elle valorise la thématique de la ville, comme espace ludique et cosmopolite et du voyage transcontinental. Lieu de la diversité mais aussi de la violence et de la solitude, la ville est l'expression du multiculturalisme et du melting-pot. La ville se définit principalement par son appartenance au continent nord-américain. Le poète québécois traverse des métropoles telles que Montréal, New York, Los Angeles ou San Francisco, pour dire ce qui en fait l'espace de référence de l'américanité et de la modernité du vingtième siècle. D'autres villes d'Europe ou d'ailleurs complètent cet imaginaire poétique. Tout en s'écrivant en français, la poésie québécoise des années 1980 à 2000 assimile l'expérience de la Beat Generation (Jack Kerouac, Allen Ginsberg, William Burroughs) et underground américaine. L'importance accordée à l'américanité justifie les références culturelles étasuniennes au cinéma, à la littérature, au jazz et au rock. La poésie québécoise des années 1980 à 2000 retrouve néanmoins l'intimité, à travers des " îlots " et des lieux urbains " habitables ", chez Louise Dupré, Hélène Dorion, Jacques Brault et François Charron.

  • Titre traduit

    The North-American City in the Quebec Poetry of the Eighties to 2000


  • Résumé

    America stands as a privileged reference in Quebec's poetry today. Dislodging the poetry of the earth and nationalistic-sounding rhetoric, a new American poetry arises with the eighties. It valorises the themes of the city, a cosmopolitan and playful space as well as that of the transcontinental journey. A place of diversity, but also, of violence and solitude, it is the expression of multiculturalism and of the melting-pot. It is mainly defined by its belonging to the North-American continent. The Quebec poet crosses metropolises like Montreal, New York, Los Angeles or San Francisco, in order to account for the changes in the reference of Americanism and in 20th century modernity. Other cities, from Europe or other places, enhance this poetic imaginary. Although written in French, the Quebec poetry of the eighties assimilates the experience of the Beat Generation (Jack Kerouac, Allen Ginsberg, William Burroughs) and of the American underground. The importance granted to Americanism is motivated by US cultural references to cinema, to literature, to jazz and rock'n'roll. Quebec poetry of the eighties nevertheless retrieves intimacy, by " small islands " in " liveable " places, with Louise Dupré, Hélène Dorion, Jacques Brault et François Charron.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (356 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 192 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6037

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 7670
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.