Spatialisation de la musique et musicalisation de l'espace, du réel imaginaire au virtuel réel : nouvelle conceptualisation pour identifier le üd

par Haythem Chakroun

Thèse de doctorat en Musique et musicologie du XXe siècle

Sous la direction de Marc Battier.

Soutenue en 2004

à Paris 4 .


  • Résumé

    Il s'agit d'une problématique très complexe liée à une difficulté existentielle d'un instrument de musique arabe appelé ûd, cet instrument est en voie de disparition ! La critique moderne propose des hypothèses multiples et souvent simplement idéologiques ou épidermiques. La réalité est bien au-delà. Cet instrument comporte ses moyens d'expression, ses richesses de pensée et d'imagination, ses secrets techniques, ainsi qu'une structure d'évolution historique qui a débarqué chaotiquement depuis quelques siècles sur un territoire ayant une situation identitaire et phénoménologique critique, qui ne fait référence qu'à un réel immobilisme, désintérêt et atonie ! La quête et l'exploration d'une telle réalité actuelle devraient passer systématiquement par une grammaire interdisciplinaire où le dialogue serait une première clef. Le monologue, en ce sens, est un non-sens. Spatialisation de la musique et musicalisation de l'espace, du réel imaginaire au virtuel réel : une idée de coexistence / coïncidence qui procède d'une forte interférence entre des structures sonores et des espaces structurés pour arriver à une musique virtuosement virtuelle. Le virtuel dans ce contexte est fondamentalement dépendant d'un actuel, d'une présence, d'une réalité. Ce virtuel technologique est une stratégie consciente d'une représentation globale et d'un nouveau moyen d'expression encore expérimentale, hybride mais tournée vers l'authenticité du geste de l'interprète et de la perception. La substance informationnelle produite à l'origine est traitée par une chaîne de traitement du signal électroacoustique en temps réel qui s'identifie par son caractère langagier abstrait. L'interface est une partie intégrante de l'oeuvre, le résultat de l'expérience ne sera plus une musique stationnaire, mais plutôt une " musique spatiale ".

  • Titre traduit

    Spacialisation of music and musicalisation of space, from imaginary reality to real virtual


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    This Thesis investigates a complex research problem linked to the existential difficulty of an Arabic musical instrument known as the û, an instrument which is in away of disparition. Modern critics suggest multiple hypotheses that often prove simply ideological or superficial. However, reality is beyond and more complicated. This instrument involves its own expression means, richness of ideas and imagination, and secret techniques. In addition, it presents a historical evolution structure that disembarked chaotically few centuries ago on a territory characterized by a critical identity and phenomenological situation, which refers to a real stagnation, disinterestedness and atony. Research and exploration of such a reality should systematically pass through a multidisciplinary grammar where the dialogue becomes the first key. In this sense, the monologue becomes meaningless. Spatialisation of music and musicalisation of space, from imaginary reality to real virtual : a coexistence /coincidence concept which proceeds from a strong interference between sound structures and structured spaces to reach a virtuosely virtual music. The virtual in this context basically depends on a real present. This technological virtual is a conscious strategy of the global representation and a new means of expression which is still experimental and hybrid but aiming the authenticity of the interpreter's gesture and of perception. The information originally produced, is treated in real-time by a musical data processing station, characterized by its abstract language. The interface is an integrated part of work-study. The result of the experience will no more be a stationary music but rather a "spatial music".

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (514 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 353 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 5946

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 7745
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.