Imaginem video : L'image vidéo dans l'"histoire longue" des images

par Sophie-Isabelle Dufour

Thèse de doctorat en Études cinématographiques

Sous la direction de Philippe Dubois.

Soutenue en 2004

à Paris 3 .


  • Résumé

    Que vois-je devant la vidéo? Je ne vois pas une vidéo, mais de l'image. La présente étude propose d'interroger le statut de l'image vidéo dans l'"histoire longue" des images. Il s'agit de déployer des problèmes multiséculaires qui ont surgi bien avant l'invention technique du médium considéré. Notre présupposé est qu'il y a une différence entre l'image - en tant que notion - et les images: l'on pourrait dire que l'image, difficile à définir, ne peut être appréhendée que dans les différents médiums qui l'actualisent. Aussi la vidéo est-elle traitée, ici, en tant qu'elle questionne l'image elle-même. Priorité sera donnée aux œuvres d'art, considérées comme plus révélatrices du statut de l'image vidéo. Mais par delà l'esthétique, les pouvoirs de l'image dépasseront ceux de l'art. Si la première question qu'affonte la présente étude est celle de l'amour de l'image, posée exemplairement par le mythe de Narcisse, c'est que celle-ci fait ensuite surgir d'autres questions fondamentales. C'est ainsi que la notion de fluidité se posera comme le fil conducteur de notre réflexion sur la fantomalité de l'image vidéo et sur sa spatialité. Notre étude des rapports entre l'image vidéo et le temps sera, quant à elle, orientée par la notion de flux - celle de Bergson en particulier. Il s'agira en fin de compte de penser l'image vidéo dans toute sa singularité.

  • Titre traduit

    Imaginem video : video image through the "long history" of images


  • Résumé

    What do I see when I look at a video? Actually, I do not see a video but an image. My purpose is to study the status of video image from the point of view of the so-called " long history " of images, dealing therefore with very ancient problems that occured long before the technical invention of the medium. A distinction must be made between images and the very notion of image : one could say that the difficult notion of image can be specified only through the various media in which it embodies itself. In this study, video questions image itself. Art works will keep their privilege, because through them the status of video image is best revealed; but my intention is to show that the powers of image go far beyond aesthetics. The first problem will be the one raised by the myth of Narcissus, as a lover of image(s), because it is seminal. It leads, for instance, to the notion of fluidity, which will prove essential in my study of the " ghostliness " of video image (as well as in my study of space in video). Last but not least, the relations between time and video image should be specified with Bergson's help, and I shall try to prove how useful can be this philosopher's notion of time when one hopes to understand the singularity of video image.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (425 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. ff. 383-418. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Théâtrothèque Gaston Baty (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : DG 517
  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 7977
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.