Liens de famille, pratiques de pouvoir, conscience de soi : princesses épistolières au tournant du XVIIe siècle

par Eugénie Pascal

Thèse de doctorat en Littérature et civilisation françaises

Sous la direction de Marie-Madeleine Fragonard.

Soutenue en 2004

à Paris 3 .


  • Résumé

    À partir des lettres, publiées ou inédites, d'une cinquantaine de princesses ayant vécu les vingt dernières années du XVIe siècle (issues de lignées comme les Valois, les Clèves, les Bourbon Vendôme et Montpensier, les Nassau, les Lorraine, les Montmorency ou les Rohan), l'étude s'attache à confronter théorie et pratiques épistolaires principalement en dégageant les conditions et les motifs qui président à la rédaction, la transmission et la lecture de la lettre. Les réseaux, avant tout familiaux, reflétés par les échanges de lettres, sont également dégagés, ainsi que le rôle joué par les princesses au sein de leur clan, et que la manière dont elles y évoluent au cours des différents âges de leur vie, en tant que mères, filles, sœurs et épouses. Enfin, l'exploration du rôle et des pratiques politiques de ces femmes de pouvoir, de leur conception de la cohésion sociale et de leur place dans la société, est suivie d'une analyse des scriptrices en tant qu'individus, à la lumière des manières dont elles se définissent par rapport à la famille et au pouvoir, mais aussi à travers les notions d'identité sexuelle, d'honneur et de sujet. Dans une société où le pouvoir repose sur les liens du sang, la lettre apparaît autant comme un instrument politique que comme un médium d'expression de soi.

  • Titre traduit

    Family ties, power practices, self-awareness : princesses writing letters at the turn of the XVIth. century


  • Résumé

    Based on the published or unpublished letters of some fifty princesses (from families such as the Valois, Clèves, Bourbon Vendôme and Montpensier, Nassau, Lorraine, Montmorency or Rohan) who lived through the last two decades of the sixteenth century, the study compares epistolary theory and practices of the time by analysing the background against which letters were written, exchanged and read and the purpose of such correspondence. The author also looks at the networks - above all family ones - reflected in the letters as well as the role of the princesses within their respective clans and the way they evolve within these as mothers, daughters, sisters and wives. Finally, after investigating the political role and practices of these women of influence and their views on social cohesion and their position within the society, the study will examine the letter writers as individuals, based on the way they define themselves in relation to family and power and on their attitudes towards sexual identity, honour and self. In a society in which power hinges on blood ties, the letter emerges as much as a political instrument as a vehicule for self-expression.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (693 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 646-654

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 7543
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.