Attitudes propositionnelles et paradoxes épistémiques

par Paul Égré

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jacques Dubucs.

Soutenue en 2004

à Paris 1 .


  • Résumé

    Les verbes savoir et croire, de même que désirer ou vouloir, ont été appelés verbes d'attitudes propositionnelles par Russell "parce qu'ils ont pour forme de relier un objet à une proposition". Quelle est la nature de ces propositions ? Comment, par ailleurs, sont individuées les attitudes les unes par rapport aux autres ? L'objet de ce travail est de répondre à ces questions en examinant plus spécifiquement la logique des attitudes épistémiques, la croyance et la connaissance, à la lumière de cinq énigmes liées à la sémantique des verbes croire et savoir. Ces cinq énigmes sont : l'énigme de l'opacité et de l'hyperintensionnalité des contextes épistémiques ; le problème de l'omniscience logique ; le paradoxe du Connaissant ; le paradoxe de la marge d'erreur de Williamson ; enfin l'asymétrie des verbes croire et savoir pour l'enchâssement des questions. Une solution est apportée à ces différentes énigmes dans un cadre de logique modale et de logique intensionnelle.

  • Titre traduit

    Propositional attitudes and epistemic paradoxes


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (316 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. [301]-308. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 04 : 129
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.