Développement de la technique de spectroscopie d'absorption UV, pour l'étude de l'émission de NO dans la chambre de combustion d'un moteur à allumage commandé

par Houcem Trad

Thèse de doctorat en Mécanique des fluides. Thermique, énergétique, combustion

Sous la direction de Christine Mounaïm-Rousselle.

Soutenue en 2004

à Orléans .

  • Titre traduit

    Development of the UV absorption spectroscopy technique, for the study of NO emission inside the combustion chamber of a spark ignition engine


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Ce travail est consacré au développement de la technique de spectroscopie d’absorption UV, utilisant une lampe à large bande, en vue de son application pour des mesures quantitatives des concentrations du monoxyde d’azote (NO) dans la chambre de combustion d’un moteur à allumage commandé. Elle permet de déduire la concentration de l’espèce absorbant la lumière et/ou la température du mélange, à partir des spectres d’absorption acquis. Une étude théorique et bibliographique montre les difficultés liées à l’application de cette technique pour des mesures sur les moteurs à combustion interne. Par ailleurs, la quantification des mesures nécessite un étalonnage du niveau d’absorption. Cela a été réalisé via un modèle de simulation développé pour cette application. La validation expérimentale de ces calculs a permis de se rendre compte de certaines limites du modèle, en particulier lorsque le milieu environnant la molécule étudiée est à très hautes pressions (jusqu’à 30 bars) ou très hautes températures (jusqu’à 1700 K). L’application moteur met en évidence les limites de cette technique optique pour la détection de NO. Elles sont liées au faible niveau d’émission de NO par la combustion (à cause des accès optiques du moteur), à l’absorption en large bande par d’autres molécules (due aux températures très élevées dans la chambre de combustion) et à l’effet strioscopique (provoqué par les inhomogénéités du mélange dans le cylindre). Des solutions ont alors été proposées et expérimentées. Pour parvenir à quantifier les informations contenues dans les spectres acquis, une nouvelle méthode est proposée. Elle repose sur l’exploitation des deux bandes d’absorption g(0,0) et g(1,0) de NO. Cette procédure nous a permis de remonter à des valeurs locales de la concentration de NO et de la température du mélange pendant la phase de compression et le début de la phase de combustion.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 289 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. à la fin des chapitres

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Orléans. Service commun de la documentation.Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS 19-2004-55
  • Bibliothèque : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Direction des Bibliothèques et de l'Information Scientifique et Technique-DBIST. Bibliothèque universitaire Sciences et techniques.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.