"Chasseur blanc, coeur noir" ? La chasse sportive en Afrique Centrale : une analyse de son rôle dans la conservation de la faune sauvage et le développement rural au travers des programmes de gestion de la chasse communautaire

par Pierre-Armand Roulet

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Pierre Grenand.

Soutenue en 2004

à Orléans .


  • Résumé

    Cette thèse transdisciplinaire analyse le rôle de la chasse sportive dans les programmes de gestion participative de la faune sauvage en Afrique Centrale, plus particulièrement sur deux sites pilotes (nord RCA et sud-est Cameroun). Au cours du XXe siècle, la chasse sportive a vu ses pratiques évoluer fortement au travers de processus conjoints de "démocratisation", de professionnalisation et d'internationalisation de ses acteurs. Aujourd'hui, les sociétés de chasse peuvent jouer un rôle majeur dans la conservation, notamment en raison d'une emprise spatiale des zones cynégétiques conséquente, de prélèvements globalement soutenables et d'une bonne capacité de mise en défens du milieu naturel. Ce constat ne prend cependant tout son sens que lorsque leur activité s'insère dans des programmes associant Etat, projets et populations locales. L'analyse des techniques, des idéologies et des discours des guides de chasse puis de leur clientèle révèle l'antinomie de leurs conceptions du safari en même temps que la prégnance d'une nostalgie des chasses coloniales. On note aussi le fait surprenant que les "grands chasseurs blancs" s'insèrent souvent mieux dans les contextes socioculturels ruraux que d'autres acteurs exogènes. Enfin, si l'argumentaire économique qui présente la chasse sportive comme un outil pertinent des programmes de gestion participative de la faune sauvage reste valide, il est néanmoins essentiel de ne pas occulter les limites conceptuelles et techniques des modèles proposés ainsi que les véritables enjeux d'appropriation de la ressource et de l'espace qu'ils sous-entendent.


  • Résumé

    The interdisciplinary thesis analyses the role of sport hunting in the programmes of participative management of wildlife in Central Africa, more particularly on two pilot sites (northern Central African Republic and south-east Cameroon). Over the course of the 20th century, sport hunting evolved greatly through the joint processes of "democratisation", professionalisation and internationalisation of its protagonists. These days, safari operators can play a major role in conservation, notably owing to their spatial control of sizeable cynegetic zones, globally sustainable harvesting and a sound capacity to look after and defend the natural environment. This statement can, however, only be fully appreciated when the activity of safari operators plays a part in programmes linking the state, specific projects and the local population. The analysis of the techniques, ideology and discourse of safari guides and those of their clients reveals the antinomy of their ideas of safari as well as the onset of a nostalgia for colonial hunting. We note also the surprising fact that the "great white hunters" often fit better into the rural socio-cultural context than do other non-indigenous protagonists. Finally, if the economic argument presenting sport hunting as a signifiant tool in programmes of participative management of wildlife remains valid, it is nevertheless essential not to overlook the conceptual and technical limits of the proposed models, as well as the very real stakes lying behind the appropriation of the land and resources.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (563 p.)
  • Notes : Bibliogr. p. 490-506

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Orléans. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de géographie. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : MF 2179
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.