L'impact de la culture et des changements culturels sur le comportement face au risque des individus : application aux banques françaises, bulgares et franco-bulgares

par Stela Raytcheva

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Nadine Tournois et de Philippe Véry.

Soutenue en 2004

à Nice , en partenariat avec Institut d'administration des entreprises (Nice) (autre partenaire) .


  • Résumé

    L'objectif de cette recherche est d'étudier l'impact des facteurs socioculturels sur le comportement face au risque de l'individu. D'après la littérature, le risque est un concept multidimensionnel. Il possède un degré et un objet. En outre, les travaux psychologiques démontrent que la perception du risque joue un rôle substantiel dans la formation du comportement face au risque. Les recherches anthropologiques suggèrent que la perception et le comportement face au risque individuels sont conditionnés par les spécificités culturelles de la communauté d'insertion du décideur. Parallèlement, les sociologues affirment que les changements culturels sont susceptibles d'influencer le comportement face au risque à travers l'incertitude qu'ils entraînent et la modification des caractéristiques culturelles. En intégrant ces trois perspectives théoriques, nous avons élaboré des hypothèses qui tentent de cerner le comportement face au risque de manière tant statique que dynamique. Celles-ci ont été testées empiriquement dans le cadre bancaire. Trois groupes d'établissements ont été concernés : les banques opérant dans une économie émergeante, les banques travaillant dans une économie développée, ainsi que deux filiales des banques de l'économie développée implantées dans l'économie émergeante. A travers les modèles linéaires hiérarchiques, nous avons été en mesure d'étudier l'impact des spécificités culturelles des deux pays étudiés sur le comportement des chargés d'affaires, ainsi que celui de différents degrés de changement culturel. Les résultats montrent que le comportement face au risque des individus est plus complexe que celui supposé par les recherches antérieures. D'un coté, les spécificités culturelles influencent le degré et l'objet du risque perçu et assumé. D'autre coté, il semble que plus l'organisation prend de risques stratégiques (internationalisation, fusions/ acquisitions), plus les employés évitent la prise de risques opérationnels.

  • Titre traduit

    The culture and cultural change influences on risk-taking behaviour : an application to the french, bulgarian and franco-bulagarian banks


  • Résumé

    This research aims to study the influence of socio-cultural factors on risk-taking behaviour. According to literature, the risk is a multidimensional concept. It has a degree and an object. The psychological works conclude that the risk perception shapes the risk-taking behaviour. The anthropological literature suggests that the risk perception and the risk-taking behaviour are influenced by the cultural characteristics of the community of actors' insertion. At the same time, the sociologists argue that the cultural changes are likely to affect the risk taking behaviour by the incertitude that they involve and by the change of the cultural characteristics. In integrating these three theoretical perspectives, we develop the research hypotheses that allow both the static and the dynamic studies of risk-taking behaviour. We test our hypotheses in the banking sector. Three types of banks are concerned: banks operating in an emergent economy, banks working in a developed economy, and two subsidiaries of the developed economy banks implanted in the emergent economy environment. The hierarchical linear models allow us studying the impact of the cultural characteristics and the cultural change degree on the bank lending officers' risk-taking behaviour. The results show that the risk-taking behaviour is more complex than its anterior works' conception. On the one hand, the cultural characteristics shape the degree and the object of the perceived and selected risks. On the other hand, it seems that the more strategic risks the organization takes (internationalisation, mergers/ acquisitions), the less operational risks employees accept.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (662 f).
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. ff. 457-492

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Bibliothèque de Saint-Jean d'Angély.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 04NICE0039
  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Bibliothèque de Saint-Jean d'Angély.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 04NICE0039
  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Bibliothèque de Saint-Jean d'Angély.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 04NICE0039bis
  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Bibliothèque de Saint-Jean d'Angély.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 04NICE0039bis
  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation et de l'Edition. Bibliothèque universitaire Lettres et sciences humaines.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : LNi 004/1
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.