Effets des processus de catégorisation croisée sur les perceptions intergroupes

par Liliane Alliot

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Michel Le Marc.

Soutenue en 2004

à Nantes .

  • Titre traduit

    Effects of crossed categorisation processes on intergroup perceptions : a study carried out amongst doctors and nurses of both sexes in a hospital environment


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La question de la catégorisation croisée dans l'organisation peut s'inscrire utilement dans la perspective d'une psychologie sociétale, privilégiant le recours à des explications de niveaux positionnel et idéologique (Doise, 2000). Dans cette perspective, cette recherche a pour objectif de mettre en évidence les effets d'appartenances croisées sur les perceptions entre des groupes professionnels ainsi que d'étudier, de façon plus modeste, certaines modulations introduites par des variables liées à la situation de travail, et par des facteurs motivationnels et de personnalité. Trois variables perceptives sont étudiées : la perception de la valeur des groupes, de la valeur des rapports sociaux et de la variabilité intragroupe. L'étude empirique a porté sur une population de 315 médecins et infirmiers des deux sexes en milieu hospitalier. Les résultats mettent en évidence des processus normatifs à l'œuvre dans les perceptions intergroupes, montrant l'intérêt de compléter l'étude des cognitions par celle de l'idéologie. Les mécanismes de saillance catégorielle entre le statut professionnel et sexuel sont mis au jour. Des formes de discrimination implicite entre les groupes professionnels étudiés sont révélées. La prise en compte de la distinction entre la désirabilité et l'utilité sociales (Beauvois 1990, 1994, 1995) permet une compréhension plus nuancée de la dynamique des favoritismes intergroupes. Une large place est faite à la description des stratégies perceptives des dominants. En définitive, seules les variables positionnelles influencent la perception des groupes et celle des rapports sociaux, alors que les facteurs situationnels, motivationnels et de personnalité considérés n'ont qu'un faible impact, localisé sur certains contenus perceptifs. Notons toutefois que les jugements de variabilité intragroupe sont influencés par le statut numérique des groupes en présence plutôt que par les appartenances catégorielles des participants.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (341 f. -252 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 312-336. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Lettres - Sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 04 NANT 3018
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.