L' épistolaire dans l'œuvre de Crébillon fils

par El Hadji Momar Faye

Thèse de doctorat en Littérature et Civilisation françaises du XVIIIe siècle

Sous la direction de Michèle Weil-Bergougnoux.

Soutenue en 2004

à Montpellier 3 .


  • Résumé

    L’art de la lettre chez Crébillon fils répond à sa diversité créatrice dans le genre romanesque. Même au sein du roman épistolaire, il se singularise par une expérimentation permanente. Cela s’érige en une analyse psychologue de ses épistoliers. La narratrice, l’épistolaire étant en grande partie une écriture féminine, rend compte de sa situation amoureuse au moment de prendre la plume. Sa vie progresse au fil de la narration. Suivant la démarche de Crébillon, son esthétique adhère à la technique d’ensemble du roman par lettres avec toutefois quelques écarts. Le premier écart revient aux Lettres de la Duchesse (1768) dans lesquelles on a une énonciation non pas immédiate mais une rétrospection d’une passion souhaitée et esquissée dès le départ. Le second écart relève des Lettres athéniennes (1771) dans lesquelles Crébillon revisite une vérité historique : le Ve siècle. Il procède à une reconfiguration spatio-temporelle, la réalité antique se vit au XVIIIe siècle. Ainsi, crée-t-il un décalage entre le moment des faits et l’instant de leur écriture. Seules les Lettres de la Marquise (1732) présentent simultanément la rédaction des lettres et la progression de la passion de l’héroïne, une concomitance entre la transcription et la trame romanesque.


  • Résumé

    Even within epistolary novels, he characterises himself by a continuous experimentation: which is established by an psychological analysis of his letter writers. The narrator, most of epistolary type in an feminine writing, becomes aware of her love story at the moment of her writing. Her life changes all through the narration. According to Crébillon’s process, his aesthetic borders the general technique of letter novels with however some remarkable differences: the first one belongs to Lettres de la Duchesse (1768) in which an enunciation, which is not immediate but a retrospection of a passion wished and dodged, is used from the beginning. The second one comes from the Lettres athéniennes (1771) in which Crébillon reencounter a historical truth. He elaborated a space-time change, the ancient truth is transposed to the eighteenth century. Hence, he creates a gap between the moment the moment of the acts and the instant in which it has been written. Only the Lettres de la Marquise (1732) presents the simultaneity between the writing of the letters and the heroine’s passion progress, a concomitance between the transcription and the romantic plot.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (329 f.)
  • Annexes : Bibliographie f. 317-323

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 2004.MON-63
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.