Musiques, corps et objets dans les rites et dans les danses des Sara du sud Tchad : Le rite initiatique Yondo

par Rosalie Kantiebo

Thèse de doctorat en Anthropologie et ethnobiologie

Sous la direction de Pierre Robbe.

Le président du jury était Serge Bahuchet.

Le jury était composé de Michael Houseman.

Les rapporteurs étaient André Iteanu, Odile Journet.


  • Résumé

    Musique corps et objets dans le rite initiatique Yondo est un sujet qui investit le fondement de la personne par l'entremise des états d'êtres de l'individu en œuvre dans les espaces initiatiques. La dimension corporelle et la notion de personne est au cœur du rite Yondo qui fonctionne et prend tout son sens par rapport à la globalité du fondement des choses de la vie depuis le commencement. Temps et espaces sont analysés et le déroulement de l'analyse tient compte du déplacement du néophyte dans l'espace et le temps. Les transformations qui s'imposent à lui tout le long de son cheminement initiatique dans cet espace-temps déclaré amer (-ate) tiennent de l'intemporel et se situent d'abord à l'intérieur de l'initié. L'initié étant le principal espace investit par lui-même pour son affranchissement et son élevation ultime. Le cheminement du Ndoo dans l'espace circonscrit un schéma circulaire qui s'inscrit par des mouvements convergents puis divergents, mouvements qui dénotent d'une part une action d'unification et d'osmose puis d'autre part une action d'individuation. C'est par le biais de la musique et de la danse que toutes les relations sont posées pendant le temps initiatique, ce qui pose la musique comme le canal essentiel des transformations. Les différents rapports sont donc étudiés à travers les différents rituels qui se posent en musique. La définition du corps comme étant la musique et l'instrument à la fois est proclamée par les Ndoo (initiés à Yondo) eux-mêmes. Et la musique expressive du corps modulable, le pose dans les différentes apparitions comme un mutant, un être capable de prendre diverses formes. La grâce, la beauté, la souplesse attestent du sublime et de la perfection recherchée par les initiés tant dans leur déhanchement que dans la présentation de soi : la couleur pourpre lumineuse de leur corps, feu et lumière (Le pourpre et la lumière étant figurés respectivement par le kaolin et l'huile, symbole de leur élevation vers l'intemporalité). Du fondement de Yondo, il est question de la réappropriation dont ses éléments de font objet dans les structures modernes (politique, église). Il y est fait cas des différents traitements qui ont cours aujourd'hui, et les ajustements, les stéréotypes dont le rite fait également objet. La question de la douleur et de la souffrance est posée. Malgré les gestes et les actes religieux en cours dans ce rite initiatique, Yondo se pose plutôt comme une formation à une philosophie de vie très structurée, une ouverture de l'être sur lui-même et vers l'infini et l'insaisissable, donc un lieu de jonction, le lieu du multiple et de l'unité.


  • Résumé

    Souls, bodies and objects in the Yondo initiation rite is a subject that vests the foundation of the person by intervening states of being of the individual being initiated in initiation sites. It is thus that we retain as main boundary bodies: Ndoo (the neophyte at the time of initiation), the king and the newborn. The corporal dimension and the notion of personhood is the heart of the Yondo rite that functions and takes all of its meaning in relation to the globality of the basis of the things of life since its inception. Time and spaces are analyzed and the unfurling of the analysis takes into account the displacement of the neophyte in space and time. The transformations that impose themselves on him all during his initiation path in this time-space declared bitter from the non-temporal and situate themselves within (on the inside of) the initiate. The initiate, being the main space, mediates by himself for his freedom and his ultimate elevation. The path of the Ndoo in space circumscribes a circular scheme (diagram) that inscribes itself by convergent movements then divergent ones, movements that denote on the one hand an action of unification and osmosis then, on the other hand an action of individuation. It is by way of music and dance that all the relations are positioned during the time of initiation. The different relationships are therefore studied through the different rituals that are dedicated to it. The definition of the body as being music and instrument at the same time is proclaimed by the Ndoo (initiates to Yondo) themselves. The music that represents the modulus body reveals it in different apparitions like a mutant, a being capable of taking divers forms. Grace, beauty, suppleness attest to the sublime and the perfection sought by the initiates as much in their loosening their hips and in the presentation of their being: the purple color radiating from their body, fire and light, represent respectively the kaolin and the oil, symbols of their elevation towards non-temporality. Re-appropriation and appropriation to which Yondo is subject or made object in modern structures such as politics and religion. Then we tackle the foundation of Yondo. We make a case for the different uses that are current today, and the variations and stereotypes that the rite has also become a focal point the question of pain and suffering is also raised. Then we question about the notion of the individual and society in light of Yondo. Finally, is Yondo a religion? In spite of the gestures and religious acts that happen during the initiation rites, Yondo closely resembles a rigorously structured philosophy, but is it a religion ?

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (309, 616 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 602-611

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2004 -- 38 - 1
  • Bibliothèque :
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2004 -- 38 - 2
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.