Utilisation de l'animal comme ressource de matières premières non-alimentaires : industrie osseuse et parure, exemple de l'abri Pataud (Dordogne, France)

par Carole Vercoutère

Thèse de doctorat en Archéozoologie

Sous la direction de Marylène Patou-Mathis.

Le jury était composé de Marylène Patou-Mathis, Roland Nespoulet, Cristina San Juan.

Les rapporteurs étaient Giacomo Giacobini, Francesco D'Errico.


  • Résumé

    Cette étude est une réflexion, menée dans une perspective archéozoologique, sur les modes d'acquisition et de traitement des matières dures animales au début du Paléolithique supérieur. Dans un premier temps, une grille d'étude des pièces d'industrie osseuse et de parure a été élaborée en tenant compte de différents paramètres : analyses taphonomiques et paléontologiques, origines des matières premières, examen typo-technologique. Cette grille a ensuite été testée grâce à l'étude des objets découverts dans le gisement de l'abri Pataud, qui est considéré comme un site de référence pour la période étudiée dans le sud-ouest de la France. En découlent plusieurs hypothèses quant aux comportements des Aurignaciens et des Gravettiens vis-à-vis des matières dures animales : utilisation relativement faible de ces matériaux dans l'équipement ; emploi à la fois de matières premières récupérées sur les animaux abattus et de matériaux importés (collecte, réseaux d'échanges) ; évolution du degré de technicité dans le débitage des matières premières ; adéquation entre les propriétés mécaniques des matériaux choisis et les fonctions des objets façonnés ; dichotomie dans le statut des animaux (" utilitaires " ou " symbolisés ") ; changements dans l'identification des groupes humains. Certains de ces comportements ont une origine culturelle (ex. Critères esthétiques et symboliques régissent le choix des éléments de parure), d'autres, en revanche, semblent induits par des critères pratiques (ex. Type et fonction de l'occupation jouent sur la quantité et la catégorie des objets découverts).


  • Résumé

    This study deals with the ways of osseous materials' acquisition and processing at the beginning of the Upper Palaeolithic. It was carried out according to an zooarchaeological approach. First, a pattern was elaborated to study bone industry and body ornaments. It takes different parameters into account: taphonomical and palaeontological analyses, origins of the raw materials, typo-technological investigations. Then, this pattern was tested thanks to the study of the artefacts from the abri Pataud (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne), which is considered as a reference site for the studied period in the Southwest of France. As a result, we put forward some hypotheses about the Aurignacians and Gravettians' behaviours in relation to osseous materials: low proportion of this type of materials into equipment; use of raw materials both from hunted animals and imported materials (collection, exchange networks); technological advancement in the raw materials "débitage"; mechanical properties of the osseous materials used in accord with the functions of the manufactured objects; two types of animals' status ("useful" or "symbolic"); changes into the identification of the human groups. Some of these behaviours have a cultural origin (ex: aesthetic and symbolic criteria for the choice of the body ornaments), others seem to be induced by practical criteria (ex. Type and function of the occupation influence the quantity and the category of the objects discovered).

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (266 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 245-261

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2004 -- 20
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.