Etude des crocodyliformes fini Crétacé-Paléogène du bassin des Oulad Abdoun (Maroc) et comparaison avec les faunes africaines contemporaines : systématique, phylogénie et paléobiogéographie

par Stéphane Jouve

Thèse de doctorat en Paléontologie

Sous la direction de Philippe Taquet et de Nathalie Bardet.


  • Résumé

    Grâce à un intense travail de terrain entrepris au printemps 2000 dans le cadre d'une collaboration entre différents organismes français et marocains, de nombreux restes de Crocodyliformes ont été mis au jour dans les dépôts marins phosphatés du Crétacé et Paléogène du Bassin des Oulad Abdoun du Maroc. Deux taxons ont été trouvés dans ces dépôts, les eusuchiens et les dyrosaures, représentés respectivement par quatre et huit espèces. Parmi les eusuchiens on peut noter la présence de trois gavialoïdes dont un thoracosaure, dont c'est d'ailleurs la première description en Afrique. Une analyse phylogénétique révèle que Thoracosaurus est un taxon monophylétique, et que Maroccosuchus zennaroi, un eusuchien des phosphates marocains déjà décrit mais enrichi de nouveau matériel, est le plus primitif des tomistominés. Les Dyrosauridae constituent un groupe dont les représentants étaient jusque là très mal connus. Ainsi, une révision taxonomique montre que " Hyposaurus " bequaerti doit être réattribué au genre Congosaurus, que Hyposaurus wilsoni, H. Nopcsai et Rhabdognathus rarus sont des nomina dubia, et que deux crânes de Rhabdognathus sont attribués à deux nouvelles espèces. Trois nouveaux dyrosauridés des phosphates marocains sont décrits, et l'analyse phylogénétique des Dyrosauridae dans le contexte des Crocodyliformes montre la persistance des problèmes liés à la convergence des formes longirostres dans les analyses phylogénétiques. La diversité observée dans le Bassin des Oulad Abdoun montre une forte diversification au Paléocène, alors que les crocodyliformes y sont extrêmement rares au Maastrichtien. Ainsi, n'ont-ils apparemment pas subi l'influence de la crise K-T, mais plutôt profité de la disparition des autres reptiles marins pour coloniser la majeure partie de leurs niches écologiques dès le Paléocène


  • Résumé

    Thanks to an intensive field work undertaken in spring 2000 with the collaboration between various French and Moroccan organisations, numerous Crocodyliformes remains has been recovered from the phosphatic marine layers from the Cretaceous and Paleogene of the Oulad Abdoun Basin, Morocco. Two taxa have been found in these deposits, eusuchians and dyrosaurids, represented by four and eight species respectively. Among eusuchians, the occurence of three gavialoids can be noted. One is a thoracosaur, which are reported for the first time in Africa. A phylogenetic analysis reveals that Thoracosaurus is a monophyletic taxa, and Maroccosuchus zennaroi, a previously described eusuchian from the phosphates of Morocco but completed with new material, is the most primitive tomistomine. Until know, the dyrosaurids formed a poorly known taxa. A taxonomic revision shows that "Hyposaurus" bequaerti should be transferred to Congosaurus, that Hyposaurus wilsoni, H. Nopcsai and Rhabdognathus rarus are nomina dubia, and that two skulls from Rhabdognathus are two new species. Three new dyrosaurids from Morocco are described, and a phylogenetic analysis of Dyrosauridae within the Crocodyliformes setting shows that convergences due to the longirostrine morphology remain problematic in phylogenetic analyses. The diversity observed in the Oulad Abdoun Basin indicates a strong diversification during the Paleocene, whereas the Crocodyliformes were extremely rare during the Maastrichtian. Then, they have apparently not been affected by the K-T crisis, but probably have taken advantage of the other marine reptile disappearance, to colonise the main part of their ecological niches as soon as the Paleocene

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (VI-651 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 605-649

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 128 495 -- 1
  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 128 495 -- 2

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 04 MNHN 0012
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.