Influence de la religion égyptienne sur les Grecs en Egypte : les pratiques funéraires

par Nagwa Zouair

Thèse de doctorat en Art et archéologie des mondes anciens

Sous la direction de Jean-Yves Empereur.

Soutenue en 2004

à Lyon 2 .


  • Résumé

    La rencontre entre la civilisation égyptienne et la civilisation grecque remonte à une époque antérieure à l'époque hellénistique ; les découvertes archéologiques attestent que ces premiers contacts datent probablement de la VIe dynastie (2460-2200 av. J. -C. ). Cette relation s'est poursuivie le long de la histoire pharaonique. La conquête de l'Égypte par Alexandre le Grand en 332 av. J. -C. A permis à un grand nombre de Grecs de s'installer dans ce pays. Bien entendu, au début de leurs installations à l'époque hellénistiques, les Grecs ont apporté avec eux leurs mode de la vie, leurs croyances religieuses, mais aussi leurs usages dans le domaine funéraire. Les deux pratiques grecques, l'inhumation et la crémation, ont été reconnues dans les nécropoles alexandrines, mais aussi dans celle de la Chôra. Par la suite, la pratique de la momification s'est introduite dans les milieux grecs, d'abord dans la Chôra et ensuite à Alexandrie. Mais cela ne signifie pas pour autant que les Grecs ont abandonné leurs coutumes funéraires ; dans la plupart des nécropoles, l'inhumation et la momification ont été pratiquées côte à côte ; de surcroît, les inhumations montrent certaines coutumes grecques comme l'obole de Charon. Les nécropoles découvertes lors des fouilles archéologiques sont, bien entendu, la source principale de notre étude sur les pratiques funéraires dans l'Égypte gréco-romaine. À Alexandrie, le creuset du monde hellénistique et la capitale de l'Égypte, les fouilles ont dégagé plusieurs nécropoles aussi bien à l'Est qu'à l'Ouest de la ville. Face à Alexandrie, se place la Chôra d'Égypte où les Grecs se sont installés dans des métropoles, les capitales de nomes, dans des villes qu'ils ont fondées, comme au Fayoum, mais aussi, par la suite, dans de petits villages égyptiens. Les indices du mélange entre les Egyptiens et les Grecs sont fréquents. Ainsi, il n'est pas aisé de distinguer entre les nécropoles grecques et les nécropoles égyptiennes. Cette étude vise à mettre en relief les différentes pratiques funéraires usitées dans l'Égypte hellénistique et romaine, aussi bien dans la Chôra qu'à Alexandrie, à souligner les apports grecs et romains, et la persistance des traditions venues de l'Égypte, et enfin à observer les rencontres qui ont pu avoir lieu entre ces deux systèmes de croyance.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    The relation between the two civilisations have started since long time before the conquest of Alexander the Great to Egypt in 332 B. C. ; it dates back to VI dynasty (2460-2200 B. C. ). This relation had been developed through the history of Egypt of the Pharaohs. With the conquest of Alexander, a large number of the Greeks arrived and installed in Egypt. No doubt, they have conserved their costumes and tradition in what concern their daily life, their cults and especially their funerary practices as the inhumation and the cremation. Afterwards, they started to adopt the mummification, first in the Chôra and later in Alexandria. But this doesn't mean that the Greeks have abandoned their funerary customs: the inhumation and the mummification were practised side by side and the inhumation conserves some Greeks aspect like the obole of Charon. The necropolis discovered in Alexandria and the Chôra are the first sources of this study through which we try to explain the tree funerary practices in Egypt Greco-Roman and to put them in relief trying to indicate the resistance of certain costumes and the les aspects of Egyptian influences.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (452 p.)
  • Notes : Publication non autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. [359]-371

Où se trouve cette thèse ?