Joseph Conrad et Borneo, 1895-1920 : chronotopes bornéens dans l'oeuvre de J. Conrad

par Patrick Tourchon

Thèse de doctorat en Etudes anglophones

Sous la direction de Josiane Paccaud-Huguet.

Soutenue en 2004

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Les critiques conradiens font souvent peu de cas de la topographie. De Robert Lee à John Stape, nombre d'érudits nient la pertinence des références géographiques au nom d'un allégorisme, d'un symbolisme ou d'un psychologisme plus ou moins explicite. Le point de départ de cette thèse est de remettre en question ces présupposés et d'accepter la possiblilité pour l'espace et le temps, en tant que ce sont aussi des catégories littéraires, d'être essentiels dans les romans et les nouvelles de Conrad. Dès que Conrad se réinsère ainsi dans l'espace-temps, le concept bakhtinien de chronotope devient applicable. Ce qui veut dire qu'un appareil théorique complexe et riche devient disponible. Car non seulement le chronotope réunit le temps et l'espace, mais il implique de plus une interrogation sur l'émergence du sujet, tout comme il amène à examiner les différentes voix qu'un texte donne à entendre pour une polyphonie potentielle. Le concept bakhtinien, pourvu qu'il se soutienne d'une sémiotique peircéenne et s'enrichisse de développements plus récents opérés par Lacan, couvre donc aussi bien la narratologie que la pragmatique, l'analyse que la rhétorique. Or, Joseph Conrad est un auteur si "chronotopique" qu'une typologie de ses oeuvres peut se foncer sur la localisation précise de ses décors narratifs. Parmi ces décors, Bornéo se distingue comme le lieu que Conrad n'a jamais vraiment quitté : de son premier roman (Almayer's Folly, 1895) à son avant-dernier (du moins publié) (The Rescue, 1920), il ne cesse de revisiter l'île. Une approche bakhtinienne ne pouvait donc qu'éclairer un tel signifiant insistant, et ainsi éclairer aussi les procédés créatifs de Conrad.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Conradian critics often take no account of topography. From Robert Lee to John Stape, many scholars hold geographical references as irrelevant, shifting the emphasis on alleged allegorical, symbolic or psychological aspects. The starting point of this thesis is to question such assumptions and to accept the possiblility for space and time, inasmuch as they are literary categories as well, to be essential in Conrad's novels and short stories. Once Conrad is re-inserted into space-time, the Bakhtinian concept of chronotope becomes applicable. Which means that a rich, complex theoretical appartus becomes available. For chronotopes not only merge space and time, they also imply questions about the subject's emergence, as they lead to study the various voices that can be heard in a text to form a potential polyphony. The Bakhtinina concept, provided it is backed up by a Peircean semiotics and enriched by Lacan's more recent developments, thus encompasses narratology as well as pragmatics, psychoanalysis as well as rhetoric. Now, Joseph Conrad proves so "chronotopic" a writer that a typology of his work can be based on a thorough location of his stories setting. Among these settings, Borneo stands out as the place Conrad never really left : from his first novel (Almayer's Folly, 1895) to the penultimate (published) one (The Rescue, 1920), he pays persistent visits to the island. A Bakhtinian approach could but shed light on such a recurring signifier, and therefore on Conrad's creativity.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (534-LXXI f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.