Petites exploitations rurales en Pays basque français (1850-1900)

par Martine Bacque

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Luc Mayaud.

Soutenue en 2004

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Le triomphe paradoxal de la petite exploitation rurale au XIXe siècle invite à se pencher sur les mécanismes de sa survie. Les trajectoires des exploitations de deux communes basques, reconstituées grâce au croisement des diverses sources nominatives, se révèlent d'une grande diversité mais confirment l'écrasante domination et la pérennité d'une petite exploitation, en faire-valoir direct ou en métayage, dont la logique relève d'une économie familiale. Relativement protégées des fluctuations du marché par l'autoconsommation, l'utilisation à peu près exclusive de la main-d'œuvre familiale et des pratiques de transmission intégrale, ces exploitations sont pourtant loin de vivre en autarcie. Elle sont insérées dans un système complexe d'échanges de biens, d'argent et de services, s'orientent vers le marché du bétail, et recourent à une pluriactivité multiforme qui fait une large place aux migrations temporaires vers l'Amérique. A la faveur du double désinvestissement des micro-propriétaires et des grands propriétaires rentiers s'affirment ainsi des exploitations dynamiques, soutenues par un effort collectif d'équipement et de multiples formes de solidarité, dont les encouragements de l'Etat viennent consacrer la réussite. Dans un monde rural en mutation, c'est en leur faveur que se redistribue à la fin du siècle la hiérarchie des places, des fortunes et des pouvoirs.


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Small farming units in the french basque country (1850-1900)


  • Résumé

    The triumph of small farming units during the 19th century is an apparent paradox that raises the question of how they could survive. Farming, livestock production and pluriactivity, including temporary migrations, were so closely combined in such farming units that it is difficult to distinguish between the farm and household economies. Farming production was somewhat protected from market fluctuations by autoconsumption and nearly exclusive use of family labour. Far from living in autarky, however, the farms were involved in a complex system of exchanges and were quite active on livestock market. The reason why they were still viable, though showing deficit and debts, probably lies in their ability to provide the family with a sufficient welfare level for subsisting and maintaining its rank. They obeyed the logic of a household-oriented economy, aimed at the reproduction of the household group and the transmission of family assets, which allowed the staying in the country of a strong rural community.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (403, 180 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 141-180 du 2e vol.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.