RMN du phosphore 31 dans le muscle squelettique humain : aspects méthodologiques et applications dans le cadre d'exercices intensifs de type anaérobie chez le sédentaire et le sportif de haut niveau

par Olivier Brosseau

Thèse de doctorat en Sciences et techniques des activités physiques et sportives

Sous la direction de André Briguet.

Soutenue en 2004

à Lyon 1 .


  • Résumé

    La Spectroscopie par Résonance Magnétique du Phosphore 31 (31P SRM) permet l’étude des métabolites énergétiques phosphorés (in-vivo) durant l’exercice musculaire. Cette technique a été utilisée à travers différentes étapes méthodologiques, dans le but d’étudier le muscle squelettique humain effectuant un exercice de type anaérobie. Afin de quantifier l’exercice musculaire en présence d’un champ magnétique élevé, un ergomètre amagnétique ainsi que son interface graphique, ont été construits et associés aux techniques de mesure par spectroscopie. Ainsi, nous avons pu déterminer un protocole d’effort permettant de solliciter majoritairement la filière anaérobie. Face à la répétition d’exercice de courte durée et de haute intensité, différentes stratégies d’adaptation du métabolisme énergétique liées aux effets d’un entraînement sportif spécifique sur la latéralité, dans les Bras Dominant et Non Dominant d’une population sportive asymétrique (tennismen) et symétrique (gymnaste), ont été observées

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (VI-167 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 151 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T50/210/2004/223bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.