Mise en place d'un nouveau modèle primate pour l'étude du VHB

par Tarik Gheit

Thèse de doctorat en Microbiologie

Sous la direction de Isabelle Chemin.

Soutenue en 2004

à Lyon 1 .


  • Résumé

    Malgré l'existence d'un vaccin efficace, l'infection par le virus de l'hépatite B (VHB) demeure un problème majeur de santé publique. En effet, il demeure 400 millions de porteurs chroniques du VHB dans le monde dont 25% environ évoluant vers la cirrhose et/ou le carcinome hépatocellulaire. Actuellement, le Chimpanzé est le seul animal susceptible à l'infection par le VHB mais cet animal est protégé et onéreux. Le développement de nouveaux modèles primates infectables par le VHB est donc un enjeu majeur pour l'étude du cycle viral de ce virus et pour la recherche de nouveaux traitements anti-VHB. Actuellement, deux modèles sont actuellement utilisés pour tester l'efficacité de nouvelles approches thérapeutiques tel que le vaccin par ADN nu ou de nouvelles molécules antivirales. Il s'agit du canard de Pékin infecté par le DHBV et de la marmotte américaine infectée par le WHV. Afin d'étudier les mécanismes de l'infection par le VHB et tester de nouvelles approches antivirales, il serait essentiel de disposer d'un modèle primate tel que le Macaque qui est plus facile d'utilisation et d'accès que le chimpanzé tout en étant proche de l'homme. Dans le cadre d'une transfection intrahépatique expérimentale de 3 Macaques sylvanus par l'ADN du VHB nous avons pu observer que 2/3 M. Sylvanus développent des marqueurs propres à l'infection par le VHB avec des AgHBs et des séquences virales dans le sérum et le foie. Nous avons donc démontré pour la première fois la susceptibilité du M. Sylvanus au VHB humain. Nous travaillons également sur un autre modèle appartenant à une espèce voisine du M. Sylvanus, il s'agit du M. Cynomolgus originaire de l'île Maurice. Des marqueurs propres à l'infection par le VHB ont été retrouvés dans le foie et le sérum chez 42% des animaux. Récemment, il est admis que des primates, essentiellement de l'ancien monde, ont leurs propres virus de l'hépatite B. En effet, ces dernières années, des hépadnavirus propres à certaines espèces de primates ont été décrits. Ils concernent les Chimpanzés, les Gibbons, les Orangs-outans, les Gorilles mais aussi un seul singe du nouveau monde, le singe laineux. L'objectif principal est d'obtenir un modèle d'infection chronique par le VHB. En effet, en l'absence de modèle primate autre que le Chimpanzé, nous espérons à terme mettre en place un nouveau modèle pour tester l'efficacité thérapeutique de nouvelles molécules anti-VHB applicables en thérapie chez l'homme, et aussi pour évaluer la capacité de réplication de variants détectés chez des patients porteurs chroniques su VHB


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 206 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 392 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T50/210/2004/33bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.