Approche multi-échelles des relations dynamiques entre les organismes aquatiques et leur environnement

par Martin Daufresne

Thèse de doctorat en Écologie

Sous la direction de Yves Souchon et de Hervé Capra.

Soutenue en 2004

à Lyon 1 .


  • Résumé

    Les communautés animales et végétales varient dans l'espace et dans le temps. Cerner les facteurs responsables des structures spatiales et temporelles observées est une question centrale en écologie. Au cours de ma thèse, je me suis particulièrement intéressé à l'intégration de la dimension temporelle dans l'étude des relations entre les organismes aquatiques d'eau courante et leur environnement. J'ai abordé cette thématique par une approche multi-scalaire, à la fois biologique (échelles de la communauté, de la population et de l'individu) et temporelle (échelle "long-terme", échelle inter-annuelle découpée en saisons biologiques, et échelle journalière). Mon objectif n'était bien évidemment pas de faire une étude exhaustive de l'ensemble des relations existantes. Il s'agissait, dans un premier temps de mieux cerner les liens qui pouvaient exister entre des relations observées à différentes échelles biologiques et temporelles. Ma démarche a été dictée par la volonté d'utiliser des approches à la fois descriptives, expérimentales et modélisatrices. J'ai pu montrer que la prise en compte de la dimension temporelle était indispensable à la compréhension des mécanismes d'influence de l'environnement sur les organismes aquatiques d'eau courante. Cette approche dynamique nous a permis de montrer, pour la première fois dans les écosystèmes des grands fleuves, l'effet du changement climatique sur les modifications de structure des peuplements de poissons et d'invertébrés. Le travail réalisé à l'échelle de la population a également apporté une vue nouvelle sur l'effet des forts débits hivernaux sur les populations de truites communes. Enfin, le travail réalisé à l'échelle de l'individu constitue une contribution importante à la compréhension des mécanismes d'influence des vitesses de courant sur les comportements de dévalaison des jeunes truites au moment de l'émergence. D'un point de vue temporel, j'ai montré qu'il pouvait exister des effets contradictoires de l'environnement sur les populations à l'échelle inter-annuelle et sur le long-terme. Pour la truite commune par exemple, l'influence négative des forts débits sur la mortalité des émergeants à l'échelle inter-annuelle ne nuit pas nécessairement à l'optimisation de la taille et de la stabilité des populations à l'équilibre. D'un point de vue biologique, nous avons pu montrer que les liens qui pouvaient exister entre des comportements individuels et des phénomènes observés à l'échelle de la population étaient complexes et souvent peu intuitifs. Nous avons montré des résultats similaires concernant les changements d'échelle de la population à la communauté


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 172 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 75 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T50/210/2004/86bis

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 04 LYO1 0086
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.