Étude de l'efficacité de thérapies combinées associant l'immunisation génétique et des molécules antivirales contre l'hépatite B chronique

par Alexandre Thermet

Thèse de doctorat en Biochimie

Sous la direction de Lucyna Cova.

Soutenue en 2004

à Lyon 1 .


  • Résumé

    L'efficacité des thérapies actuelles étant insuffisante, l'infection chronique par le Virus de l'Hépatite B (VHB) est la cause majeure mondiale de décès par atteintes hépatiques. Il apparaît que la combinaison de molécules antivirales à des approches immunothérapeutiques, comme les vaccins à ADN, sont des thérapies prometteuses contre l'infection chronique par le VHB. L'objectif de ce travail était d'utiliser le modèle du VHB du canard (DHBV), virus apparenté au VHB, pour tester l'efficacité de thérapies associant des analogues de nucléoside (adéfovir, ADV ou lamivudine, 3TC) à des vaccins à ADN codant pour les protéines virales structurales. Tout d'abord, chez des animaux chroniquement infectés, nous avons évalué l'efficacité d'une bithérapie associant un traitement par l'ADV au vaccin par ADN codant pour la grande protéine d'enveloppe du DHBV (pCI-preS/S). Nous avons démontré une tendance à un effet additif de l'ADV et de pCI-preS/S où une inhibition de 51% de la réplication intrahépatique a été observée pour la bithérapie contre 14% et 38% pour les monothérapies respectives. Ensuite, chez des animaux non infectés, nous avons caractérisé la réponse humorale induite par un vaccin codant pour la protéine de la capside du DHBV (pCI-C) et analysé la spécificité de ces anticorps à ceux présents lors d'une infection chronique. Ainsi, nous avons démontré que ce vaccin à ADN est capable d'induire de puissantes réponses humorales spécifiques. De plus, nous avons identifié les régions antigéniques majeures de la protéine de la capside du DHBV reconnues à la fois par ces anticorps induits et par ceux présents lors d'une infection chronique. Enfin, nous avons étudié l'efficacité à induire une élimination virale complète, d'une bithérapie associant l'administration de 3TC aux deux vaccins pCI-preS/S et pCI-C. A la fin de la thérapie, l'analyse du taux d'ADN virale intrahépatique par PCR en temps réel montre que 23% des animaux qui ont reçu la thérapie par ADN, associée ou non à l'administration de 3TC, ont complètement éliminé l'infection virale. Ainsi, la thérapie associant les vaccins à ADN codant pour les protéines structurales du VHB apparaît intéressante contre les infections chroniques par le VHB.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (183 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 340 Réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T50/210/2004/7bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.