Les usages de l'infini chez les penseurs présocratiques

par Claire Louguet

Thèse de doctorat en Sciences de l'Antiquité

Sous la direction de André Laks.

Soutenue en 2004

à Lille 3 .


  • Résumé

    Dans ce travail, j'essaie de comprendre pourquoi Aristote dit que sa conception de l'infini s'oppose à celle de ses prédécesseurs (Physique III, 4-8). Il définit l'infini comme ce dont une partie est toujours en dehors, et qui se caractérise donc par son inachèvement, par opposition à la totalité. L'infini est donc "en puissance". Ses devanciers, au contraire, ne voyaient pas, d'après lui, de contradiction entre infini et totalité. Dans cette thèse, j'étudie le cas de cinq penseurs présocratiques (Anaximandre, Zénon, Mélissos, Anaxagore et Démocrite) qui font tous un usage différent de l'infini. Cette étude analyse les arguments dans leur contexte et la façon dont ils ont été compris par les Anciens (principalement Aristote et ses commentateurs, Simplicius et Philopon). Deux axes d'étude ont été retenus : infini et totalité, d'une part, et infini et continu, d'autre part

  • Titre traduit

    ˜The œuses of the infinite by the Presocratic thinkers


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol.(528 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 391-401. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-2004-44-1
  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-2004-44-2
  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-2004-44-3
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.