Apport de l'imagerie dans la caractérisation des affections synoviales

par Nathalie Boutry

Thèse de doctorat en Radiologie et imagerie médicale

Sous la direction de Anne Cotten.

Soutenue en 2004

à Lille 2 .


  • Résumé

    La prise en charge diagnostique, et par conséquent thérapeutique, de la polyarthrite rhumatoïde (PR) s'est trouvée considérablement modifiée par l'essor des nouvelles techniques d'imagerie (IRM, échographie haute fréquence). L'objectif de mon travail était triple : 1. Préciser la sémiologie IRM de l'atteinte rhumatoïde des articulations métatarsophalangiennes (MTP) et la comparer à celle des mains. L'atteinte des articulations MTP est classique au cours de la PR et peut précéder celle des mains. Une telle atteinte n'avait jamais été décrite jusqu'alors. 2. Apprécier l'apport diagnostique de l'IRM chez des patients présentant des polyarthralgies inflammatoires des mains. Dans un tel contexte, le diagnostic positif de PR débutante s'avère délicat. Se pose en outre le problème du diagnostic différentiel avec le lupus érythémateux disséminé et le syndrome de Sjögren primitif. La capacité discriminante de l'IRM n'avait pas encore été évaluée. 3. Définir en échographie haute fréquence des critères de normalité des articulations métacarpophalangiennes (MCP). Le développement des sondes échographiques haute fréquence a suscité un engouement récent pour l'échographie. L'écho anatomie normale des articulations MCP était cependant mal connue. Mes résultats sont les suivants : 1. Hormis la présence fréquente (63% des cas) de bursites intermétatarsiennes ou sous-capito-métatarsiennes, la sémiologie IRM de l'atteinte rhumatoïde des articulations MTP s'apparente à celles des mains. L'atteinte érosive des articulations MTP est aussi fréquente que celle des MCP. Lorsque l'IRM des mains est négative, l'exploration complémentaire des articulations MTP peut s'avérer utile. 2. Hormis l'œdème sous-chondral (plus fréquent aux articulations MCP chez les patients présentant une PR débutante), l'IRM ne permet pas de distinguer les patients atteints de PR débutante de ceux atteints d'un lupus érythémateux disséminé ou d'un syndrome de Sjögren primitif. 3. L'échographie haute fréquence permet une étude détaillée et fiable des articulations MCP. Des données quantitatives ayant trait aux structures synoviales sont également rapportées. Ces résultats permettent de mieux préciser la sémiologie IRM et échographique de la PR débutante. Ils témoignent d'une collaboration avec les services cliniques de Rhumatologie et de Médecine Interne ainsi qu'avec le laboratoire d'Anatomie de la Faculté de Médecine. Nous collaborons également avec le laboratoire Heudiasyc (UMR CNRS 6599) pour développer une reconnaissance semi-automatique des lésions (synovites, érosions osseuses) de PR.


  • Résumé

    Through recent technological advances, magnetic resonance (MR) imaging and high-frequency ultrasound (US) have provided new methods for diagnosing early rheumatoid arthritis (RA) and therefore, managing patients. The purpose of my work was threefold: 1. To precise the MR features of metatarsophalangeal (MTP) joints in early RA and to compare MR imaging involvement of MTP joints with that of the hands. Involvement of MTP joints is a classical feature of early RA and can precede involvement of the hands. Until now, there was no relevant reports in the literature about the MR imaging characteristics of the forefeet in early RA. 2. To assess the diagnostic value of MR imaging in patients who present with inflammatory polyarthralgia of the hands. In such a case, diagnosing early RA can be difficult. Moreover, other diagnoses such as systemic lupus erythematosus and primary Sjogren syndrome have to be considered by the clinician. The diagnostic value of MR imaging in differentiating patients with true RA from those with systemic lupus erythematosus and primary Sjogren syndrome was not yet evaluated. 3. To define normal criteria regarding metacacarpophalangeal (MCP) joint anatomy with high-resolution US. Recent technological advances in the field of US have been responsible for great interest. However, the normal anatomy of MCP joints remained unclear. My results are the following: 1. Except the fact that intermetatarsal and submetatarsal bursitis is a common MR finding (63% of cases), MR imaging involvement of MTP joints in patients with early RA is similar to that of hand joints. There is no differences between MCP and MTP joints in terms of bone erosions. When MR evaluation of the hands does not help identify early RA, further evaluation of the MTP joints may be helpful. 2. Except for subchondral edema (which is more frequent within the MCP joints in patients with early RA), it may be impossible to differentiate patients with early RA from those with systemic lupus erythematosus and primary Sjogren syndrome. 3. High-frequency US provides detailed and reliable assessment of MCP joints. Quantitative data related to synovial structures are also reported. These works enabled us to better precise MR and US features of early RA. They show our collaboration with the Rheumatology and Internal Medicine departments as well as the Anatomic department of our Medicine Faculty. We also collaborate with the Heudiasyc laboratory (UMR CNRS 6599) in order to develop a semiautomatic recognition of RA lesions (ie, synovitis and bone erosions).

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (pagination multiple)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 25-28

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université du droit et de la santé. Service Commun de la Documentation. BU Santé - Learning center.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50.379-2004-29
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 6348
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.