Anomalies de la tolérance au glucose au cours de la grossesse : du phénotype au génotype : expression de gènes placentaires associée à la macrosomie

par Anne Vambergue Libbrecht

Thèse de doctorat en Endocrinologie

Sous la direction de Pierre Marie Danze.

Soutenue en 2004

à Lille 2 .


  • Résumé

    Le diabète gestationnel (DG) est défini comme un trouble de la tolérance au glucose survenant pendant la grossesse. Cette pathologie se caractérise par une hétérogénéité clinique avec des formes mineures définies comme l’hyperglycémie modérée de la grossesse (HMG). Qu’il s’agisse d’un DG ou d’une HMG, la complication materno-fœtale est le plus souvent une macrosomie fœtale. Les données phénotypiques et métaboliques (insulinorésistance et/ou anomalies de l’insulinosécrétion) évoquent l’hypothèse d’un continuum. Par ailleurs il apparaït que l’équilibre glycémique n’est pas le seul facteur permettant le contrôle de la macrosomie. Ceci laisse penser que des composantes génétiques puissent jour un rôle dans le déterminisme de la macrosomie. Nous nous sommes initialement intéressés dans le DG et l’HMG aux principaux marqueurs du diabète de type 1 autoimmun (IDDM1,IDDM2, IDDM12) et du diabète de type 2 (Glucokinase HNF1α). Les résultats ne sont pas en faveur d’un diabète autoimmun mais ont montré qu’il existe des différences dans la distribution allélique essentiellement dans le groupe HMG. Parmi les marqueurs associés au diabète de type 2, nous n’avons identifié aucun polymorphisme associé de façon significative à ces entités cliniques. Dans un deuxième temps, nous nous sommes intéressés au locus du gène de l’insuline (IDDM2) ainsi qu’à des gènes proches (IGF-II et H19) plutôt impliqués dans la croissance fœtale. Ces gènes étant soumis à l’empreinte parentale, nous avions évoqué l’hypothèse d’une levée d’empreinte parentale associée à la macrosomie, hypothèse non vérifiée dans 11 familles informatives. Ce résultat n’exclut pas l’implication de cette région génique dans la croissance fœtale. Enfin, nous avons analysé de manière plus globale le transcriptome placentaire en relation avec la macrosomie par la technique des biopuces à l’aide d’une puce orientée (2200 gènes). Nous avons mis en évidence une variation de l’expression de certains gènes (surexpression ou sous-expression) en relation avec la macrosomie fœtale. Ces résultats prélimainires seront validés par techniques complémentaires telles que RT-PCR quantitative et analyse des protéines par Western blot.


  • Résumé

    Gestational diabetes mellitus (GDM) is defined as glucose tolerance abnormalities during pregnancy. This pathology is characterized by a clinical heterogenecity with minors forms as mild gestational hyperglycaemia (MGH). In the two cases, the materno-foetal complication is most often a macrosomia. The clinical and metabolic data (insulin resistance and or abnormalities of insulin secretion) are in favour of a continuum. In addition, it appears that glycemic control is not the only factor allowing the control of macrosomia. This lets think that genetic components can play a part in the determinism of macrosomia. We initially were interested in GDM and MGH to the type 1 diabetes markers (IDDM1,IDDM2, IDDM12) and type 2 diabetes (Glucokinase HNF1α). The results are not in favour of an autoimmune diabetes but showed that there are differences in the in the allelic distribution primarily in the group MGH. Among the markers associated to the type 2 diabetes, we identified any polymorphism associated to a significant degree with these clinical entities. In a second time, we were interested in the locus of the insulin gene (IDDM2) like to close genes (IGF-II and H19) rather implied in the fœtal growth. These genes are under parental imprinting, so we had evoked the hypothesis of a loss of imprinting associated to fœtal macrosomia, non verified hypothesis in 11 informative families. This result does not exclude the imlplication from this area in the fœtal growth. At last, we analysed in a more total way the placental transcriptome in relation to macrosomia by microarrays (2200 genes). We highlighted a variation of some genes expression in relation to fœtal macrosomia. These preliminary results will be validated by others techniques such as quantitative RT-PCR and proteins analyses by Western blot.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (235 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 217-235

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université du droit et de la santé. Service Commun de la Documentation. BU Santé - Learning center.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50.379-2004-3
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.